Search:

bilaterals.org > Negotiations > China
publish
quick search




(1)     
Pékin exhorte Ottawa à signer un accord de libre-échange

posted 27-September-2012

AFP | 22 septembre 2012

Pékin exhorte Ottawa à signer un accord de libre-échange

MONTREAL — L’ambassadeur chinois au Canada exhorte dans un entretien publié samedi par le quotidien The Globe and Mail Ottawa à signer au plus vite un accord de libre-échange avec Pékin.

Les deux pays devaient se tourner rapidement vers un accord de libre-échange, estime l’ambassadeur Zhang Junsai, assurant qu’il réglerait la question des investissements bilatéraux à la suite de l’offre publique d’achat du groupe pétrolier et gazier canadien Nexen par le géant pétrolier chinois CNOOC.

Si le Canada veut de nouvelles règles en matière d’investissements et des garanties pour que ses entreprises puissent investir en Chine et accéder au marché, il devrait conclure un accord global de libre-échange avec Pékin, prône M. Zhang.

Il est temps d’ouvrir les marchés chinois et canadien. Il est grand temps de mener un travail exploratoire sur les possibilités d’un accord de libre échange. Dans le cadre de cet accord, les investissements et le commerce s’intensifieront, a-t-il ajouté, estimant que les négociations dureraient une dizaine d’années.

Cette demande de Pékin survient deux jours après que les actionnaires de Nexen ont approuvé son rachat par CNOOC.

Mais le projet, d’un montant de 15,1 milliards de dollars américains, doit encore être approuvé par les gouvernements canadien et américain —Nexen ayant des actifs dans le Golfe du Mexique.

Les affaires sont les affaires, a assuré M. Zhang qui refuse que l’accord de libre-échange soit politisé.

Très favorable à l’investissement étranger, le gouvernement conservateur canadien examine actuellement l’offre de CNOOC pour déterminer si elle procure, comme le veut la loi, un avantage net à l’économie canadienne.

La décision d’Ottawa n’est pas attendue avant mi-octobre, mais elle est politiquement risquée pour le gouvernement conservateur, même si plus des deux tiers des actifs de Nexen sont situés à l’étranger.

Un sondage de l’institut Abacus, réalisé pour le groupe de presse Sun News et publié jeudi, indique en effet que 69% des Canadiens veulent qu’Ottawa refuse le rachat.

Pour renforcer la protection des entreprises canadiennes qui investissent en Chine, Ottawa et Pékin ont signé début septembre un accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) en marge du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) à Vladivostok en Russie.

keywords : CanadaChina source : AFP

Comment on this article

  • Lettre ouverte au Premier ministre du Canada, les députés et les sénateurs, et d’autres.

    Il s’agit d’un problème mondial, l’approfondissement des précédents dans d’autres accords. Dans tous les pays, s’il vous plaît respectueusement partager, écrivez votre propre lettre ou une copie du présent. Encouragez les autres. Merci.

    Cher Monsieur Harper,

    Tout d’abord, de toute urgence, NON, NE RATIFIEZ PAS l’APIE Canada-Chine telle qu’elle est maintenant. PLUTÔT nous avons besoin des accords de protection des investissements qui servent le Canada comme une nation forte dans un monde connecté.

    • Le texte que nous avons vu donne la souveraineté canadienne sur à un tribunal non élu, et pas responsables envers nous par le biais des gouvernements ou les tribunaux canadiens.

    • Une fois que le projet de loi actuel Omnibus C-45 supprime les lois et réglementations environnementales, le FIPA bloquer un niveau de référence nettement moins élevés pour les gouvernements fédéral, provinciaux, municipaux pour la protection de l’environnement – par exemple, la protection perdue pour la plupart des eaux navigables. Il pourrait également prévenir d’amélioration des mesures de santé publique du Canada s’ils pourraient réduire les bénéfices attendus des investisseurs, indépendamment des besoins du public et de l’environnement.

    • Les entreprises canadiennes pourraient utiliser FIPA à prévenir ou à se soustraire à l’environnement et mesures de santé publique - tout ce dont ils auraient besoin serait une prise de participation minoritaire par une société chinoise.

    •, La provision “la nation la plus favorisée” de l’ALENA se propage automatiquement que le meme pouvoir anti-souveraineté à des entreprises américaines ainsi.

    Nous avons besoin plutôt des accords de protection des investissements étrangers qui servent le Canada comme une nation forte et entière dans un monde connecté, en fournissant

    • l’amélioration de la confiance et du soutien de l’avantage net dans les dimensions des droits économiques, environnementales et humaines, EN MÊME TEMPS, souscrite par le renforcement de la gouvernance démocratique au Canada. Ils devraient encourager le même dans le pays partenaire, dans ce cas, en Chine.

    • un cadre qui définit les dimensions et les critères de cet avantage net du Canada “triple-bottom-line” et démocratique, pour les investissements telles que la proposition du CNOOC à acheter Nexen.

    Je vous remercie,

    Tim Lash
    Ottawa, Canada

    Reply to this message

TTIP debate - Brussels | 19-Apr-2014

more...