Pékin exhorte Ottawa à signer un accord de libre-échange

AFP | 22 septembre 2012

Pékin exhorte Ottawa à signer un accord de libre-échange

MONTREAL — L’ambassadeur chinois au Canada exhorte dans un entretien publié samedi par le quotidien The Globe and Mail Ottawa à signer au plus vite un accord de libre-échange avec Pékin.

Les deux pays devaient se tourner rapidement vers un accord de libre-échange, estime l’ambassadeur Zhang Junsai, assurant qu’il réglerait la question des investissements bilatéraux à la suite de l’offre publique d’achat du groupe pétrolier et gazier canadien Nexen par le géant pétrolier chinois CNOOC.

Si le Canada veut de nouvelles règles en matière d’investissements et des garanties pour que ses entreprises puissent investir en Chine et accéder au marché, il devrait conclure un accord global de libre-échange avec Pékin, prône M. Zhang.

Il est temps d’ouvrir les marchés chinois et canadien. Il est grand temps de mener un travail exploratoire sur les possibilités d’un accord de libre échange. Dans le cadre de cet accord, les investissements et le commerce s’intensifieront, a-t-il ajouté, estimant que les négociations dureraient une dizaine d’années.

Cette demande de Pékin survient deux jours après que les actionnaires de Nexen ont approuvé son rachat par CNOOC.

Mais le projet, d’un montant de 15,1 milliards de dollars américains, doit encore être approuvé par les gouvernements canadien et américain —Nexen ayant des actifs dans le Golfe du Mexique.

Les affaires sont les affaires, a assuré M. Zhang qui refuse que l’accord de libre-échange soit politisé.

Très favorable à l’investissement étranger, le gouvernement conservateur canadien examine actuellement l’offre de CNOOC pour déterminer si elle procure, comme le veut la loi, un avantage net à l’économie canadienne.

La décision d’Ottawa n’est pas attendue avant mi-octobre, mais elle est politiquement risquée pour le gouvernement conservateur, même si plus des deux tiers des actifs de Nexen sont situés à l’étranger.

Un sondage de l’institut Abacus, réalisé pour le groupe de presse Sun News et publié jeudi, indique en effet que 69% des Canadiens veulent qu’Ottawa refuse le rachat.

Pour renforcer la protection des entreprises canadiennes qui investissent en Chine, Ottawa et Pékin ont signé début septembre un accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) en marge du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) à Vladivostok en Russie.

source: AFP
keywords: Canada, China