bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

UE-Mercosur

À la fin de 1995, l’Union européenne (UE) a amorcé des négociations sur un accord de libre-échange (ALE) bilatéral avec le Mercosur (un marché commun entre l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay) en réaction au projet de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA), encouragée par les États-Unis (ÉU).

L’ALE UE-Mercosur — que l’on pourrait nommer un accord interrégional ou plus précisément un accord bilatéral entre deux marchés communs — devait être conclu au mois d’octobre 2004. Mais les deux parties ne se sont pas entendues sur les offres finales de chacune. Entre autres, le Mercosur était insatisfait des dispositions concernant l’accès au marché agricole de l’UE tandis que cette dernière était insatisfaite des propositions du Mercosur concernant l’ouverture de son secteur des télécommunications et l’amélioration de la protection des indications géographiques européennes. Plus généralement, les observateurs ont mis la responsabilité de cet échec sur le manque mutuel de volonté politique.

Les discussions se sont terminées en 2005 et l’UE a prévu arriver à une entente d’ici 2006. Toutefois, la reprise des négociations a été mise sur la glace indéfiniment en raison de la résistance des pays sud-américains à ouvrir certains marchés et du rejet par l’UE des demandes de réduire les subventions à l’agirculture.

En 2010, les négociations ont repris et en juillet 2011 la 6e ronde de négociations s’est tenue à Bruxelles sans grands résultats.

dernière mise à jour : mai 2012
Photo : Stop TTIP Italia


La France insiste sur ses "lignes rouges" vis-à-vis du Mercosur
L‘UE aurait proposé d‘importer 99.000 tonnes de boeuf sud-américain par an. Bruxelles espère ainsi convaincre le Mercosur d‘ouvrir plus rapidement son marché aux voitures et aux produits laitiers européens, et d‘autoriser les sociétés de l‘UE à répondre aux appels d‘offres publics.
Elevage : "Cette fois-ci, nous sommes venus amicalement. La prochaine fois, les actions pourraient être plus dures" dit la Fugea
Une douzaine de tracteurs ont rallié le rond-point Schuman pour interpeller les dirigeants européens sur les difficultés vécues par les éleveurs et aux risques que font peser sur l’élevage bovin la conclusion d’un accord de libre-échange avec l’Amérique du Sud.
Négociations commerciales UE/Mercosur : réunion de haut niveau fin janvier
Les quatre ministres des Affaires étrangères du Mercosur doivent rencontrer le 30 janvier la Commission européenne à Bruxelles pour avancer sur un accord commercia.
Probablement pas d’accord commercial UE-Mercosur en 2017-source
L’Union européenne et le Mercosur, bloc commercial de pays d’Amérique latine, ne parviendront probablement pas à un accord de libéralisation des échanges d’ici la fin de l’année.
Traité UE-Mercosur : une menace pour les forêts et le climat
L’augmentation des importations de viande et de soja vers l’Europe pourrait entraîner une hausse de la déforestation sur le continent sud-américain.
L’agriculture, monnaie d’échange avec le Mercosur ?
Le secteur agricole français et européen risque d’être la la monnaie d’échange dans les négociations menées par l’Union européenne pour obtenir un accord de commerce avec le Mercosur.
Premières manifestations contre l’accord avec le Mercosur
Les éleveurs protestent contre les importations de boeuf envisagées depuis le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay. Qui veulent aussi placer volaille, porc et éthanol.
Cet accord de libre-échange qui pourrait entrainer la disparition "de 20.000 à 30.000 éleveurs français"
On n’a pas de traçabilité sur ces viandes, issues d’exploitations gigantesques de plusieurs milliers d’animaux, qui ont participé de façon massive à la déforestation.
Le Mercosur, nouvelle source de tensions entre la France et l’Union européenne
Contrairement à Paris, Bruxelles veut boucler rapidement les négociations avec les pays du Marché commun du Sud.
La Commission européenne propose un contingent de 70 000 t de viande bovine
Dans le cadre des négociations d’un accord commercial avec les pays du Mercosur, la Commission européenne a proposé aux États membres d’octroyer un contingent tarifaire annuel de 70 000 tonnes de viande bovine.