bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

UE-Mercosur

À la fin de 1995, l’Union européenne (UE) a amorcé des négociations sur un accord de libre-échange (ALE) bilatéral avec le Mercosur (un marché commun entre l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay) en réaction au projet de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA), encouragée par les États-Unis (ÉU).

L’ALE UE-Mercosur — que l’on pourrait nommer un accord interrégional ou plus précisément un accord bilatéral entre deux marchés communs — devait être conclu au mois d’octobre 2004. Mais les deux parties ne se sont pas entendues sur les offres finales de chacune. Entre autres, le Mercosur était insatisfait des dispositions concernant l’accès au marché agricole de l’UE tandis que cette dernière était insatisfaite des propositions du Mercosur concernant l’ouverture de son secteur des télécommunications et l’amélioration de la protection des indications géographiques européennes. Plus généralement, les observateurs ont mis la responsabilité de cet échec sur le manque mutuel de volonté politique.

Les discussions se sont terminées en 2005 et l’UE a prévu arriver à une entente d’ici 2006. Toutefois, la reprise des négociations a été mise sur la glace indéfiniment en raison de la résistance des pays sud-américains à ouvrir certains marchés et du rejet par l’UE des demandes de réduire les subventions à l’agirculture.

En 2010, les négociations ont repris et en juillet 2011 la 6e ronde de négociations s’est tenue à Bruxelles sans grands résultats.

dernière mise à jour : mai 2012


L’accord commercial UE-Mercosur va intensifier la crise climatique due à l’agriculture
La réalité, c’est que l’accord de libre-échange UE-Mercosur va entraîner une augmentation importante des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
Les indigènes du Brésil appellent le Parlement européen à ne pas ratifier l’accord de libre-échange avec le Mercosur
Une délégation de chefs indigènes brésiliens visitent 12 pays européens dans le but de sensibiliser sur la déforestation en Amazonie et sur les violations des droits humains au Brésil.
Le Luxembourg repousse encore le Mercosur
Aucun traité de libre-échange ne sera signé si le président brésilien Bolsonaro ne respecte pas les engagements environnementaux pris par son pays.
Accord UE-Mercosur : restons mobilisé.e.s pour bloquer cet accord !
Cet accord UE-Mercosur n’aurait jamais dû être soutenu par les États-membres de l’UE. Bolsonaro ou pas, feux de forêts ou pas, il est inacceptable.
Le Mercosur cette fois menacé par l’Autriche
Après le Luxembourg et la France, c’est au tour de la république alpine d’hésiter à ratifier l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et des pays sud-américains.
Note de décryptage : Amazonie, quelle politique commerciale et quelles régulations des multinationales pour s’attaquer aux racines du problème ?
Cette note de décryptage présente sept recommandations qui dessinent les contours d’une politique commerciale et d’une régulation des multinationales.
La France prête à retirer son veto au traité Mercosur si le Brésil respecte ses engagements climatiques
La France pourra revenir sur son opposition au projet de traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur, à condition que le Brésil change totalement sa politique concernant la lutte contre le réchauffement climatique.
Mercosur, Ceta : « La politique commerciale souffre d’un profond déficit démocratique »
La situation de crise qui touche la forêt amazonienne a poussé Emmanuel Macron à rejeter l’accord de libre-échange avec l’Amérique du Sud (Mercosur).
Comprendre le revirement d’Emmanuel Macron sur l’accord UE-Mercosur
Coup politique ou véritable prise de conscience ? La question mérite d’être posée après la volte-face spectaculaire d’Emmanuel Macron sur l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur.
UE-Mercosur : l’Espagne s’oppose à un blocage de l’accord commercial
L’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont pris leurs distances avec la ligne adoptée par la France et l’Irlande sur le traité de libre-échange entre le Mercosur et l’Union européenne.