bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

Mexique

C’est en janvier 2004 que l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), entre les États-Unis (ÉU) et le Canada, est entré en vigueur. C’est sur cet accord que les ÉU se sont basés pour imposer des accords de libre-échange ailleurs (ALE). L’ALÉNA contient des éléments qui seront repris dans plusieurs autres ALE. De la même façon, son adoption a donné le coup d’envoi des mouvements sociaux de résistance aux ALE, qui ont gagné en force depuis les 15 dernières années.

À part l’ALENA, le Mexique est signataire des ALE suivants :
- Bolivie (1994)
- Costa Rica (1994)
- Groupe des Trois (Mexique, Colombie et Venezuela : 1994 ; le Venezuela s’est retiré en novembre 2006 ; en mars 2011, le Congrès mexicain a accepté d’élargir la portée de l’ALE colombien à l’agriculture)
- Nicaragua (1997)
- Chili (1998)
- Union européenne (1999)
- Association européenne de libre échange (AELE ,2000)
- Israël (2000)
- Triangle nordique (Guatemala, Salvador et Honduras : 2000)
- Uruguay (2203
- Japon (2005)
- Amérique centrale (2011, regroupant tous les ALE précédents avec les différents pays)
- Pérou (ratifié par le Congrès mexicain en décembre 2011)

Le gouvernement négocie présentement un ALE avec le Panama, Singapour, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, la République dominicaine, le Brésil et d’autres.

Les ALE que le Mexique a signés avec la Colombie, le Pérou et le Brésil ont été au centre de la résistance des secteurs de l’agriculture et des pêcheries.

dernière mise à jour : mai 2012


La Turquie et le Mexique reprennent leurs négociations sur un accord de libre-échange, annonce une responsable
Le ministre turc du Commerce prévoit de se rendre au Mexique à l’automne en compagnie d’une délégation d’hommes d’affaires.
Le Mexique remporte la bataille du fromage face à l’UE
L’UE n’a pas obtenu des droits exclusifs pour les agriculteurs de La Mancha, en Espagne, et leur fromage, le Manchego, qui bénéficie pourtant d’une indication géographique protégée dans l’UE.
L’UE et le Mexique s’entendent sur un nouveau traité de libre-échange
L’Union européenne et le Mexique ont conclu « un accord de principe » pour moderniser le traité de libre-échange qui régit leurs relations commerciales depuis 2000.
Le Mexique optimiste sur un nouvel accord commercial avec l’UE
Bruxelles et Mexico veulent mettre à jour un accord commercial vieux de 21 ans afin d’y inclure les produits agricoles, l’investissement, les contrats publics, de nouveaux services ainsi que des clauses sur les normes sociales et environnementales.
Le fromage mexicain fait coincer l’accord commercial avec l’UE
Le Mexique et l’Union européenne ont repris leurs discussions pour la modernisation de leur accord commercial, qui date de 2000. Le nouvel accord devrait changer la donne pour des produits comme le fromage mexicain.
UE et Mexique renvoient à 2018 la conclusion de leur accord commercial
L’Union européenne et le Mexique n’ont pas réussi à conclure comme ils l’espéraient les discussions en vue de moderniser leur accord commercial, renvoyant à de nouvelles négociations "début 2018"
UE et Mexique espèrent conclure cette semaine les discussions sur leur accord
L’UE et le Mexique ont engagé en mai 2016 des pourparlers pour dynamiser leurs échanges commerciaux en modernisant un accord entré en vigueur il y a 17 ans, avec l’objectif de le mettre en conformité avec le traité signé avec le Canada, le Ceta.
L’UE et le Mexique accélèrent leurs négociations commerciales
Bruxelles et Mexico veulent accélérer leurs négociations en vue d’un accord de libre-échange. Une réponse à Donald Trump et à ses pressions sur le Mexique.
Vers un TTIP mexicain ?
Dans un contexte mondial de négociation d’accords de commerce tous azimuts, le Mexique et surtout l’UE veulent « moderniser » le traité. Mais moderniser quoi ? Au profit de qui ?
Union européenne : L’UE et le Mexique engagent des pourparlers pour redynamiser leurs relations d’échanges et d’investissement
La commissaire européenne pour le commerce a rencontré le ministre de l’économie du Mexique afin de marquer l’ouverture de nouvelles négociations sur les échanges et les investissements.