bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Haïti/Acp-UE : Un nouveau moratoire pour les Ape ?

JPEG - 9.8 kb
(Image : Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif)

AlterPresse | mercredi 30 septembre 2009

Haïti/Acp-UE : Un nouveau moratoire pour les Ape ?

P-au-P, 30 sept. 09 [AlterPresse] — Il n’y aura pas de signature régionale partielle, en octobre 2009, de l’accord de partenariat économique (Ape) d’après les conclusions d’une session de négociation entre les dirigeants de l’Union européenne (UE) et de l’Afrique de l’Ouest (AO),
tenue à Bruxelles du 21 au 25 septembre 2009, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

L’échéance du 30 octobre pour la signature de l’Ape est trop court, reconnaissent les experts et hauts fonctionnaires des deux parties lors de cette réunion.

Cette échéance ne permet pas de terminer certains travaux relatifs, notamment, à l’offre d’accès au marché, point ardemment discuté durant deux jours en plénière comme en groupe restraint, ajoutent-ils.

Le prélèvement communautaire, le règlement des différends, les subventions agricoles européennes et le volet développement de l’accord sont autant de zones d’ombre dans le document qui maintiennent l’UE et les « Ape-sceptiques » au coude à coude.

Les deux parties s’entendent néanmoins sur l’ajustement fiscal et les politiques régionales sectorielles.

Par ailleurs, le non respect probable du délai d’octobre 2009 devrait modifier le calendrier des rencontres et retarder les signatures espérées.

Ces accords ont déjà connu plusieurs délais de signatures, qui ont été, chaque fois, repoussés à cause de différences d’appréciation du document prévalant entre les parties.

Les négociations demeurent serrées entre l’UE qui n’en démord pas et des pays de l’Afrique, des Caraïbes (dont Haïti) et du Pacifique/Asie (plus connus sous le nom de groupe de pays Acp) majoritairement pauvres et craignant pour leur souveraineté nationale ou simplement de rentrer dans une concurrence économique où ils y laisseraient des plumes.

La session de négociation entre l’AO et l’UE devait servir de cadre à la poursuite des discussions et dégager des ententes pour la signature d’un accord partiel sur les marchandises, le développement, les dispositions institutionnelles et le règlement des différends.

Cette rencontre devait également permettre de définir une clause de rendez-vous sur le commerce.

Elle s’est déroulée en deux phases : du 21 au 24 septembre 2009, les experts ont tenu une réunion de négociation, et, le 25 septembre, les hauts fonctionnaires ont entamé leurs travaux.

En Haïti, où ces accords ont fait l’objet d’une grande mobilisation, les membres de la coalition “Bare Ape” (Halte aux Ape) continuent de croire que « le gouvernement a intérêt à ne pas signer l’Ape, ce qui permettrait au pays d’avoir une marge de manœuvre pour une politique économique dans les 20-30 prochaines années »..

« Le pays devrait, non seulement refuser de signer cet accord à l’image de certains pays d’Afrique, mais, plus important encore, définir une politique économique qui redynamise les secteurs de l’agriculture et de l’artisanat, entre autres, dans un cadre stratégique de développement », soutient Ricot Jean Pierre de la Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda).

La Papda propose au gouvernement de la Première minister Michèle Duvivier Pierre-Louis de demander un moratoire de 10 à 15 ans afin de relever les tarifs douaniers du pays, les plus bas de la région.


 source: AlterPresse