bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Libre échange: les négociations entre l’UE et le Japon piétinent, accord espéré en 2017

JPEG - 32.5 kb

Le Point | 19 décembre 2016

Libre échange: les négociations entre l’UE et le Japon piétinent, accord espéré en 2017

AFP - Les négociations sur un traité de libre échange entre le Japon et l’UE piétinent, mais la Commission européenne espère toutefois un accord de principe début 2017, a indiqué lundi une source proche de l’exécutif européen.

"Les choses sont plus compliquées que ce que l’on pensait", a reconnu cette source proche de la Commission. Initialement, l’UE et le Japon voulaient boucler leur accord fin 2016.

"Nous allons devoir continuer à travailler dans les prochaines semaines pour parvenir à un accord de principe équilibré, si possible au début de l’année prochaine", a déclaré Mauro Petriccione, chef négociateur pour l’UE, selon un communiqué publié samedi, à l’issue de deux semaines de négociations au Japon.

"Nous avions espéré atteindre davantage, mais certains sujets sont très complexes", a-t-il ajouté.

Les négociations butent avant tout sur deux points: le secteur automobile —que le Japon aimerait voir aussi libéralisé que possible dans l’UE— et l’agriculture —les Européens voyant dans le Japon un marché particulièrement intéressant, très demandeur de produits de qualité.

En clair, il faudrait que chacun fasse un effort pour aboutir: l’Europe devrait s’ouvrir aux véhicules japonais, le Japon aux produits agricoles européens.

Concernant le secteur automobile "très sensible en Europe, nous sommes prêts à ouvrir notre marché complètement si nous parvenons à atteindre un bon accord qui inclut des solutions adéquates pour des mesures non tarifaires", a déclaré samedi M. Petriccione.
Les mesures non tarifaires sont des mesures politiques, autres que les droits de douane, qui peuvent affecter le commerce, telles des normes ou règlements particuliers sur la qualité des produits.

Concernant l’agriculture, "nous devons continuer à travailler pour parvenir à un accord équilibré, en prenant en compte les sensibilités japonaises d’un côté et les intérêts légitimes de l’UE —l’exportateur numéro un de produits agricoles dans le monde—", a plaidé le négociateur européen.

"C’est une surprise pour nous de voir combien les négociations sont difficiles dans ce secteur. Il y a très peu de produits où l’Europe pourrait être une menace pour les produits japonais", a estimé une source proche de la Commission.

Parmi les produits agricoles faisant l’objet de négociations particulièrement ardues: les produits laitiers, le vin et le boeuf.


 source: Le Point