bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

Chine-ASEAN

En novembre 2001, la Chine et l’Association des pays du Sud-Est asiatique, qui compte dix membres, ont commencé des négociations afin de créer une zone de libre-échange.

Un an plus tard, un accord-cadre concernant l’accord de libre-échange prévu a été signé. L’accord de libre-échange, qui abolit tous les tarifs douaniers dans un marché comptant plus de 1,7 milliard d’habitants, doit entrer en vigueur à compter de 2010 pour six des membres de l’ASEAN (Brunéi, Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour et Thaïlande) et en 2015 pour les quatre autres (Birmanie, Cambodge, Laos et Vietnam). Cet accord-cadre devrait entrer en vigueur par étape. Par exemple :

- Un programme préliminaire concernant le commerce des biens est en vigueur depuis juillet 2005.
- Les négociations concernant les mécanismes de règlement des différends ont été conclues en 2004 et sont entrées en vigueur en 2005.
- Les négociations commerciales concernant les services ont été conclues et un accord a été signé en janvier 2007 pour prendre effet en juillet 2007.
- L’accord Chine-ASEAN sur l’investissement devait être signé au Sommet de l’ASEAN en Thaïlande en décembre 2008.

Séparément, la Chine a signé un accord bilatéral de libre-échange avec Singapour, pays membre de l’ASEAN, en octobre 2008. Après maintes discussions, Beijing est aussi parvenu à conclure plusieurs ententes bilatérales plus petites et plus spécifiques avec des voisins de l’ASEAN, tel que l’infâme accord d’investissement Philippine-Chine (a été l’objet d’énormes scandales de corruption aux Philippines en 2007), l’harmonisation des normes de salubrité des aliments avec la Thaïlande (pour facilité le commerce dans le secteur agricole), et les nombreux arrangements avec les pays du Delta du Mékong.

L’entente Chine-ASEAN est politiquement délicate puisque les États de l’ASEAN veulent éviter la domination de la Chine tout en développant leurs économies en maintenant leurs relations avec la Chine, spécialement dans un contexte de ralentissement de la demande provenant des marchés étatsuniens et européens. À cela s’ajoute au fait que la Chine monte dans la chaîne logistique du secteur manufacturier, ayant moins besoin des produits de base que les États de l’ASEAN produisent, alors que sa quête de matières premières comme les minéraux et le pétrole est rapidement devenue mondiale. Finalement, l’entrée en vigueur, à partir de 2010, de la poltique « zéro tarif dounier » sur le commerce de produits de la ferme avec la Chine, a suscité de nombreuses craintes dans le monde de l’ASEAN.

dernière mise à jour : mai 2012


L’ASEAN et la Chine actualisent leur accord de libre-échange
L’ASEAN (Association des pays de l’Asie du Sud-Est) et la Chine ont signé un accord pour actualiser leur accord de libre-échange (ALE), créant ainsi un nouvel élan pour la coopération économique régionale.
L’ASEAN et la Chine veulent perfectionner leur zone de libre-échange
L’ASEAN et la Chine ont décidé d’engager des négociations sur le perfectionnement de leur zone de libre-échange afin d’assurer son efficience
Le commerce entre la Chine et l’ASEAN atteindra 500 milliards de dollars en 2015
Le commerce bilatéral entre la Chine et l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud-Est) pourrait atteindre 500 milliards de dollars en 2015. La Chine a enregistré un excédent commercial de 8,5 milliards de dollars en 2012 et le pays s’est engagé à multiplier ses importations de l’ASEAN.
Suppression des droits de douane en Asie prévu le 1er janvier 2010
Après de longues négociations (plus de huit ans), la Chine et les pays de l’Asean ( Association des nations du Sud-Est asiatique) tels que les Philippines, la Thaïlande, ou la Malaisie ont décidé de supprimer l’ensemble des droits de douanes payés par plus de 7.000 groupes de marchandises et services. Ces groupes représentent plus de 90% des échanges commerciaux en Asie.
La Chine inquiète ses voisins d’Asie
À peine entré en ­vigueur, le 1er janvier dernier, l’accord de libre-échange entre la Chine et les six pays les plus avancés de l’Asie du Sud-Est (Brunei, Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande) a été dénoncé mercredi par Jakarta.
L’Asie inaugure la plus grande zone de libre-échange du monde
Pékin, qui a activement milité pour la mise en place de cette nouvelle zone, estime que l’ensemble des échanges dans la région devrait atteindre 200 milliards de dollars l’an prochain, ce qui représenterait presque un doublement par rapport aux 113 milliards de dollars recensés en 2005.
Ouverture des réunions de l’ASEAN
Les hauts responsables économiques du bloc asiatique devaient ouvrir le bal en finalisant un accord avec la Chine qui facilitera l’accès de l’Asean au juteux marché des services chinois, et notamment ceux de la banque, des technologies de l’information et du tourisme.
La plus grande zone de libre échange du monde
A terme, l’ASEAN et la Chine souhaitent créer un « marché commun asiatique », selon le modèle européen.