bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

Maroc

Jouissant d’un statut particulier puisqu’il est l’un des seuls États africains à avoir signé un accord de libre-échange (ALE) avec Washington, et conscient de sa position centrale entre les États-Unis (ÉU) et l’Union européenne (UE, avec qui il a des relations commerciales privilégiées en raison d’un ALE), le gouvernement marocain est quelque peu présomptueux quand il s’agit d’ALE et de son propre rôle dans leur promotion en Afrique et dans le monde arabe.

En plus des ÉU et de l’UE, le Maroc a signé des ententes avec l’Association européenne de libre-échange (AELE), le Mercosur, la Turquie et les Émirats arabes unis. Il également un membre actif de l’Accord d’Agadir et de la Grande Zone arabe de libre-échange (GAFTA). Le royaume négocie une nouvelle entente avec Singapour et la Mauritanie et pourrait entamer des pourparlers avec le Vietnam. Il a aussi signé un important accord sur le commerce et l’investissement avec l’Union monétaire et économique ouest-africaine à la fin novembre 2008, grâce auquel les entreprises marocaines veulent développer et investir le secteur bancaire, les télécommunications et d’autres secteurs. En Europe, un ALE sur l’agriculture signé récemment a suscité l’opposition des petits fermiers et d’organisations de défense des droits de la personne, qui dénoncent le fait que l’accord encourage l’exploitation du territoire contesté du Sahara occidental.

dernière mise à jour : mai 2012
photo : Mohammenko/CC BY-SA 3.0


Maroc - USA : Le déficit commercial se creuse d’avantage
Le Maroc est le seul pays africain à avoir conclu un accord de libre-échange avec les Etats-Unis qui tirent largement profit de cet instrument commercial.
Comment les accords de libre-échange ont inondé le marché de produits importés
Le déficit commercial du Maroc se creuse avec tous les partenaires. Plusieurs facteurs expliquent ce mauvais résultat.
L’accord de libre-échange Maroc-Turquie, au-delà d’un partenariat à un seul bénéficiaire
Il est clair et net que les entreprises turques opérant au Maroc ne jouent pas le jeu, ou plutôt le jouent autrement.
ALE Maroc / Etats-Unis : De nouvelles règles pour le textile
Les exportateurs marocains doivent jongler avec les mesures draconiennes des Américains essentiellement en ce qui concerne les règles d’origine.
Libre-échange : Et si le Maroc procédait à une révision de ses accords !
Les analystes de la Direction des Etudes et Prévisions Financières se posent la question quant au rendement de la politique d’ouverture commerciale du Maroc qui s’est traduite au fil des ans par la signature d’importants accords de libre-échange.
Vers un accord de libre échange entre le Maroc et l’Amérique centrale
Les pays d’Amérique centrale envisagent de nouer un partenariat commercial et économique durable avec le Royaume du Maroc.
Le libre échange : est ce une panacée ?
La libéralisation économique pourrait agir négativement sur l’industrie locale et limiter la compétitivité de certains secteurs d’activité, ainsi nous nous interrogerons sur l’apport de l’accord de libre échange pour le Maroc.
Accords de libre échange, accords coloniaux contre les peuples
Nous affirmons notre volonté de rejoindre les différents mouvements sociaux du monde entier, afin de contrer la domination des multinationales sur l’Homme et la Nature, appuyée par les Institutions financières et commerciales internationales.
ATTAC CADTM Maroc organise un séminaire sur les accords de libre échange au Maroc
Il est urgent de lever le silence qui entoure cette question dans notre pays et de présenter des éléments de réflexion critique et de débat sur ce sujet
Libre-échange : les accords ne profitent pas au Maroc
Les accords de libre-échange profitent plus aux exportateurs des pays signataires, qui envahissent le marché marocain et fragilisent son économie.