bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

États-Unis-Maroc

Au début 2003, l’administration Bush — sur le point de lancer sa guerre contre l’Irak — a proposé un accord bilatéral de libre-échange au royaume du Maroc, qu’il a accepté. Les pourparlers ont commencé formellement au début 2003 et ont pris fin environ un an plus tard. En juillet 2004, le texte a été approuvé par le Congrès des États-Unis. En janvier 2005, il était approuvé par le Parlement marocain. Malgré les visions opposées des ÉU et du Maroc à savoir si le traité devrait s’appliquer ou non au Sahara occidental, l’accord est entré en vigueur le 1er janvier 2006.

L’accord de libre-échange ÉU-Maroc a été controversé et important pour plusieurs raisons.

D’abord, malgré son nom, l’intitiave ne porte pas tant sur le commerce. Le principal objectif des États-Unis était et est politique : mettre un royaume nord-africain ami davantage sous sa sphère d’influence (lire : contrôle) et, se faisant, créer une division dans le monde arabe. L’entente était promue avec fierté par Washington comme son premier pas vers un accord de libre-échange à l’échelle du Moyen-Orient. Tout accord régional de ce type ferait visiblement converger les grands axes de la politique des ÉU au Moyen-Orient : « démocratiser » la gouvernance des pays arabes, ouvrir leurs marchés à la pénétration des ÉU et, éventuellement, neutraliser toute hostilité envers l’État d’Israël. Le Maroc est désormais un partenaire enthousiaste dans ce processus.

Deuxièmement, les implications sociales et économiques anticipées qu’aura l’accord pour le Maroc sont carrément insuffisantes. Un certain nombre d’études ont montré que l’impact de l’accord de libre-échange sur le Maroc serait, au mieux, marginal et au pire, nuisible — augmentant la pauvreté. Toute une série d’enjeux difficiles étaient sur la table de négociations : l’ouverture du marché marocain au blé des États-Unis, les règles d’origine aux États-Unis sur les exportations marocaines liées au secteur du textile, prix des médicaments, etc. Même si les négociateurs marocains ont réussi à assurer quelques filets de sécurité temporaires sur le blé et les menaces des règles d’origine, le message sous-jacent était que sans un afflux significatif d’aide (financière) additionnelle de la part des États-Unis, le royaume ne serait pas en mesure de bien remplir ses engagements sans connaître des problèmes sociaux importants. Bref, le rapport coût-bénéfices est loin d’être avantageux.

Troisièmement, l’opposition à l’accord était importante au pays. Divers groupes sociaux, politiques, d’artistes, de fermiers, de scientifiques et même d’industriels ont mobilisé contre une série de questions que l’accord de libre-échange proposé a mises sur la table. L’une d’elle étant le recul sur le plan du pluralisme culturel par le tranfert imminent du contrôle des médias et les secteurs culturels marocains entre les mains de Walt Disney, Voice of America et CNN. Un autre problème plus général était l’imperméabilité perpétuelle de l’administration aux demandes de consultation, de débat, de questionnement, d’écoute et de participation — qu’elles soient venues de la rue (des manifestations par des militants de AIDS et de producteurs de films ont été violemment réprimées), du Parlement (les partis d’opposition ont eu à organiser leurs propres audiences sur l’ébauche du traité avec les ONG) ou des entreprises (les fabricants de pharmaceutiques du pays étaient en colère d’être exclus du processus). Les seules personnes satisfaites au Maroc semblaient être les quelques-unes sélectionnées pour faire partie de l’équipe de négociation.

Deux ans après l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange, la balance commerciale des États-Unis avec le Maroc connaissait une croissance fulgurante, passant de 85 millions$ en 2005, à 735 millions$ en 2007. Plus récemment, le secrétaire-général du Ministère de l’industrie et des nouvelles technologies a déclaré que l’accord était en déça des attentes et que les exportations marocaines vers les Ëtats-Unis restent faibles, en partie parce que les États-Unis n’ont pas facilité l’entrée de certains produits agricoles.

dernière mise à jour : mai 2012


Télescopages entre les accords de libre-échange du Maroc
Une disponsition de l’accord de libre-échange US-Maroc met le Maroc en porte-à-faux vis-à-vis des engagements pris envers les pays arabes sous l’accord d’Agadir. En effet, l’ALE stipule que le Maroc ne peut pas importer, en franchise de droits de douane, certains produits agricoles et agroalimentaires des pays arabes qui en importent plus qu’ils n’en exportent.
ALE Maroc-USA : Hausse de 44 pc du volume des échanges commerciaux bilatéraux en 2006
Le volume des échanges commerciaux entre le Maroc et les Etats-Unis a atteint 1.396,8 millions de dollars en 2006, la première année de mise en oeuvre de l’accord de libre-échange (ALE) entre les deux pays, soit une hausse de 44 pc par rapport à l’année 2005. Les exportations marocaines vers les Etats-Unis se sont chiffrées à 521,2 millions de dollars (+17 pc) alors que les importations américaines au Maroc ont atteint 875,5 millions de dollars (+67 pc).
ALE Maroc/USA : Nouvelles négociations autour des services
L’ALE entre le Maroc et les USA entame un nouveau round. Des consultations doivent démarrer en ce début d’année pour neuf secteurs de services, dits « non-réglementés » et qui bénéficient d’une période transitoire de deux années, dont une déjà consommée.
ALE Maroc-USA : Un premier investissement à Marrakech
Quelques mois après le lancement des accords de libre-échange conclus entre le Maroc et les USA, un premier investissement d’envergure s’annonce à Marrakech. Il s’agit de la construction d’une chaîne d’hôtels américaine à travers tout le Maroc.
Marrakech se pique aux plantes
Séduits par les plantes aromatiques et médicinales marocaines, les investisseurs américains comptent profiter pleinement de l’accord du libre-échange bilatéral US-Maroc.
ALE Maroc-USA : Ce n’est pas encore le rush
Plus de six mois après l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange Maroc-Etats-Unis, un frémissement se fait sentir dans les échanges commerciaux entre les deux pays : les exportations marocaines vers les Etats-Unis baissent, les importations marocaines des USA augmentent.
« On ne signe pas d’accord de libre-échange avec des pays ennemis »
Entretien avec Mohamed Benayad, secrétaire général du Conseil national du commerce extérieur, qui se proclame avocat de l’accord de libre-échange entre le Maroc et les Etats-Unis d’Amérique.
Accord de libre-échange : le Maroc introduit ses « exceptions culturelles »
Les députés ont examiné et adopté un projet de loi relatif à la propriété industrielle au sein de la commission des secteurs productifs de la Chambre des représentants.
Mise en oeuvre de l’ALE entre Rabat et Washington en 2006
Le Premier ministre marocain, Driss Jettou, a annoncé, jeudi soir, que la mise en oeuvre de l`accord de libre échange (ALE) conclu entre le Maroc et les Etats-Unis, est prévue en janvier 2006.
L’accord de libre-échange avec les Etats-Unis : La grogne des milieux d’affaires marocains
Un accord dont l’entrée en vigueur était prévue pour le 1er juillet 2005 et qui vient d’être reporté pour, éventuellement, début 2006.