bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

La ministre du Commerce turc au Maroc pour sauver l’Accord de libre échange

JPEG - 118.1 KB

LesEco | 13 janvier 2020

La ministre du Commerce turc au Maroc pour sauver l’Accord de libre échange

par Asma Achahboun

La ministre du Commerce turc, Ruhsar Pekcan, partira cette semaine en tournée en Afrique pour explorer de nouvelles opportunités de coopération commerciale.

Après le Nigéria, ce sera au Maroc qu’une délégation turque, accompagnée de la ministre du Commerce, se rendra à Rabat pour une visite axée sur l’Accord de libre-échange Maroc-Turquie. Ruhsar Pekcan rencontrera Mohamed Benchaaboun, le ministre de l’Économie et des finances, Moualy Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie numérique et Abdelkader Amara, ministre de l’Equipement, des transports, de la logistique et de l’eau.

Pour la Turquie, le Maroc a été l’un des 17 pays mis en évidence dans le plan directeur des exportations, publié en septembre dernier, pour augmenter les exportations dans cinq secteurs principaux, à savoir les machines, l’automobile, l’électricité, la chimie et l’alimentation. Par voie de conséquence, les exportations de la Turquie vers le Maroc ont augmenté de 16% pour atteindre 2,3 milliards de dollars en 2019 (sur une base annuelle), et les importations en provenance du Maroc ont baissé de 3,5% pour s’établir à 690 millions de dollars.

Mehmet Buyukeksi, le chef du Conseil commercial Turquie-Maroc du DEIK, a affirmé que les hommes d’affaires turcs ont des investissements d’environ 1 milliard de dollars au Maroc et qu’ils emploient près de 8.000 Marocains. "Des entreprises turques actives dans des secteurs, tels que la contraction, la construction, la pêche, l’automobile, le commerce de détail, les meubles, le fer/acier, les tapis, l’alimentation et l’habillement au Maroc", a-t-il déclaré à l’agence turque, Anadol.

Pour rappel, les relations économiques entre le royaume et la Turquie se sont montrées tendues, lorsque dernièrement, le ministre de l’Économie a affirmé qu’il n’hésitera pas à rompre les relations commerciales avec la Turquie, suite au non-respect des engagements d’Ankara de l’Accord de libre-échange, signé entre les deux pays en 2006. En effet, la Turquie aurait été réticente quant à l’introduction de produits marocains sur son sol.


 Fuente: LesEco