bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

UMA: Un premier pas vers le libre-échange

L’Economiste | Edition N° 3948 du 15/01/2013

UMA: Un premier pas vers le libre-échange

- Le protocole sur l’évaluation de la valeur en douane finalisé
- Il devra être validé lors de la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères
- Deux autres protocoles sur les règles d’origine et le règlement des différends dans le pipe

Les Etats du Maghreb veulent rompre le blocage dont souffre cette Organisation régionale depuis plusieurs années. Les différends politiques et stratégiques ont souvent entravé la bonne marche de l’Union du Maghreb Arabe (UMA). Aujourd’hui, ils misent sur le développement des échanges économiques, pour redynamiser la coopération entre les cinq Etats de la rive sud de la Méditerranée. Un projet d’accord de libre-échange a été paraphé en Libye en 2010. «Cet accord ambitionne de libéraliser et faciliter les échanges entre les pays de la région», a affirmé Kouidar Lahwal, de la Direction économique du Secrétariat général de l’UMA. L’implémentation de cet accord nécessite la mise en place d’une série d’instruments, a-t-il ajouté. Il s’agit notamment de 3 protocoles, qui permettent de donner sens à l’objectif de libéralisation des échanges.

Ces textes concernent trois domaines, à savoir les règles d’origine, l’évaluation de la valeur en douane, et le règlement des différends économiques. «Le groupe de travail chargé de l’élaboration de ces protocoles a finalisé le premier texte relatif à l’évaluation en douane», a fait savoir Lahwal, chargé de ce dossier au niveau du secrétariat de l’UMA. Les experts de ce groupe, se sont penchés sur la mise en place de la version finale de ce protocole lors d’une réunion, tenue la semaine dernière à Rabat. Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre des recommandations de la 30e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UMA, tenue en février 2012 à Rabat. Les chefs de la diplomatie des pays du Maghreb avaient appelé le groupe de travail chargé de l’élaboration de ces instruments d’accélérer le processus, afin d’aboutir rapidement à la mise en place d’une zone maghrébine de libre-échange. Pour l’instant, rien ne filtre concernant le contenu de ce protocole. Les responsables du secrétariat de l’UMA avancent que le document doit d’abord être validé lors de la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères, prévue lors du premier semestre de 2013. Le groupe de travail redouble d’efforts afin de «présenter lors de cette réunion, les deux autres textes relatifs aux règles d’origine et au règlement des différends», a souligné Kouider Lahwal. Ainsi, les Etats de l’UMA semblent se diriger vers la concrétisation de cet espace d’échanges libéralisés, qui était jusque-là un vœu pieux.

Néanmoins, les divergences politiques, pourraient-elles encore jouer aux trouble-fêtes et vider cet accord de sens? Rien n’est moins sûr, surtout lorsqu’on connaît les potentialités que recèle l’ouverture des barrières douanières entre les pays de la région. La diversification des économies de la région et l’importance des réserves en produits pétroliers chez certains Etats pourraient favoriser l’émergence d’un véritable pôle économique régional intégré et compétitif, qui pourra profiter des accords signés avec d’autres partenaires comme les Etats-Unis ou l’Europe. Ces puissances avaient souvent pointé l’étroitesse des marchés à cause de la persistance des barrières douanières.

Investissements

Si la coopération tourne au ralenti au niveau politique, les Etats de l’UMA semblent plus impliqués au niveau économique. Une réunion tenue en mai dernier à Rabat avait appelé à intensifier la coordination au niveau fiscal. L’idée est notamment de mettre en place un guide unifié de terminologie fiscale. L’objectif est de favoriser le développement des flux d’investissements intra-maghrébin.

M. A. M.


 source: L’Economiste