bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

États-Unis-Maroc

Au début 2003, l’administration Bush — sur le point de lancer sa guerre contre l’Irak — a proposé un accord bilatéral de libre-échange au royaume du Maroc, qu’il a accepté. Les pourparlers ont commencé formellement au début 2003 et ont pris fin environ un an plus tard. En juillet 2004, le texte a été approuvé par le Congrès des États-Unis. En janvier 2005, il était approuvé par le Parlement marocain. Malgré les visions opposées des ÉU et du Maroc à savoir si le traité devrait s’appliquer ou non au Sahara occidental, l’accord est entré en vigueur le 1er janvier 2006.

L’accord de libre-échange ÉU-Maroc a été controversé et important pour plusieurs raisons.

D’abord, malgré son nom, l’intitiave ne porte pas tant sur le commerce. Le principal objectif des États-Unis était et est politique : mettre un royaume nord-africain ami davantage sous sa sphère d’influence (lire : contrôle) et, se faisant, créer une division dans le monde arabe. L’entente était promue avec fierté par Washington comme son premier pas vers un accord de libre-échange à l’échelle du Moyen-Orient. Tout accord régional de ce type ferait visiblement converger les grands axes de la politique des ÉU au Moyen-Orient : « démocratiser » la gouvernance des pays arabes, ouvrir leurs marchés à la pénétration des ÉU et, éventuellement, neutraliser toute hostilité envers l’État d’Israël. Le Maroc est désormais un partenaire enthousiaste dans ce processus.

Deuxièmement, les implications sociales et économiques anticipées qu’aura l’accord pour le Maroc sont carrément insuffisantes. Un certain nombre d’études ont montré que l’impact de l’accord de libre-échange sur le Maroc serait, au mieux, marginal et au pire, nuisible — augmentant la pauvreté. Toute une série d’enjeux difficiles étaient sur la table de négociations : l’ouverture du marché marocain au blé des États-Unis, les règles d’origine aux États-Unis sur les exportations marocaines liées au secteur du textile, prix des médicaments, etc. Même si les négociateurs marocains ont réussi à assurer quelques filets de sécurité temporaires sur le blé et les menaces des règles d’origine, le message sous-jacent était que sans un afflux significatif d’aide (financière) additionnelle de la part des États-Unis, le royaume ne serait pas en mesure de bien remplir ses engagements sans connaître des problèmes sociaux importants. Bref, le rapport coût-bénéfices est loin d’être avantageux.

Troisièmement, l’opposition à l’accord était importante au pays. Divers groupes sociaux, politiques, d’artistes, de fermiers, de scientifiques et même d’industriels ont mobilisé contre une série de questions que l’accord de libre-échange proposé a mises sur la table. L’une d’elle étant le recul sur le plan du pluralisme culturel par le tranfert imminent du contrôle des médias et les secteurs culturels marocains entre les mains de Walt Disney, Voice of America et CNN. Un autre problème plus général était l’imperméabilité perpétuelle de l’administration aux demandes de consultation, de débat, de questionnement, d’écoute et de participation — qu’elles soient venues de la rue (des manifestations par des militants de AIDS et de producteurs de films ont été violemment réprimées), du Parlement (les partis d’opposition ont eu à organiser leurs propres audiences sur l’ébauche du traité avec les ONG) ou des entreprises (les fabricants de pharmaceutiques du pays étaient en colère d’être exclus du processus). Les seules personnes satisfaites au Maroc semblaient être les quelques-unes sélectionnées pour faire partie de l’équipe de négociation.

Deux ans après l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange, la balance commerciale des États-Unis avec le Maroc connaissait une croissance fulgurante, passant de 85 millions$ en 2005, à 735 millions$ en 2007. Plus récemment, le secrétaire-général du Ministère de l’industrie et des nouvelles technologies a déclaré que l’accord était en déça des attentes et que les exportations marocaines vers les Ëtats-Unis restent faibles, en partie parce que les États-Unis n’ont pas facilité l’entrée de certains produits agricoles.

dernière mise à jour : mai 2012


Le Maroc accepte un accord controversé
« Cet accord contient le degré de protection de la propriété intellectuelle le plus élevé jamais obtenu dans un accord de libre échange avec un pays en voie de développement ! ». Voilà comment le président Bush décrit dans un message adressé au congrès américain l’accord de libre échange conclu entre le Maroc et les Etats-Unis le 2 mars dernier, et adopté par le Congrès le 21 juillet. Le Maroc, a donc accepté ce qu’aucun pays n’avait encore jamais accepté : l’inacceptable !
Les clauses de l’Accord de Libre Echange sont encore plus restrictives que celles des Accords ADPIC de l’OMC
Les déclarations du Ministre délégué aux affaires étrangères confirment les craintes de la société civile marocaine : Les clauses de l’Accord de Libre Echange sont encore plus restrictives que celles des Accords ADPIC de l’OMC. (Also in English)
J. Stiglitz met en garde le Maroc contre un accord de libre échange mal négocié
L’économiste a préconisé aux pays qui sont engagés dans des négociations de prendre le temps nécessaire pour bien étudier les accords et mener la négociation.
Les coalitions revendiquent le gel par le gouvernement marocain du processus de négociation
Sur invitation de Madame Nouzha Skalli, présidente du groupe parlementaire de l’Alliance socialiste, une journée d’étude a été organisée le 13 février courant dans l’enceinte de la Chambre des représentants pour examiner quelques volets de l’accord de libre-échange qui devra être signé entre les gouvernements du Maroc et des Etats-Unis d’Amérique.
Memorandum de la société civile contre les restrictions à l’accès aux génériques dans l’ALE US-Maroc
L’ALCS invite toutes les composantes de la société civile au Maroc à se mobiliser et à signer un memorandum adressé au gouvernement pour sauver l’accès aux médicaments génériques, aujourd’hui sérieusement menacé par l’accord de libre échange que le Maroc est en train de négocier avec les Etats Unis.
Danger sur les génériques ! Communiqué de presse de l’ALCS
Les négociations en cours pour la zone de libre échange Maroc-USA portant sur les brevets des médicaments nous inquiètent au plus haut point.
La coalition marocaine défend le droit aux soins et l’accès aux médicaments
La coalition marocaine pour le droit aux soins et l’accès aux médicaments s’est réunie le lundi 4 octobre 2004 pour discuter des actions à mener à l’occasion de la discussion, par le parlement marocain, des accords de libre échange entre le Maroc et les Etats-Unis.
Maroc : inquiétudes des opérateurs face aux accords de libre échange avec les Etats-Unis
La société civile marocaine, les industriels et les opérateurs des différents secteurs économiques craignent que les accords de libre échange signés par le Maroc avec plusieurs groupements régionaux ou dans un cadre bilatéral auront des répercussions néfastes sur l’économie marocaine, fragilisée par les accords d’ajustements structurels.
Libre-échange Etats-Unis/Maroc : Il y a encore du travail...
Les réformes vont peser en priorité sur le Royaume du Maroc, ce qui laisse entrevoir toute une série d’ajustements dans des secteurs fondamentaux tels que le monde rural, secteurs économiques d’exportation, travail des enfants, environnement, secteur informel, droits de propriété intellectuelle, liberté de mouvement de capitaux, services financiers.
Accord de Libre Échange Maroc/USA : premiers bilans
L’ensemble des États membres de l’OMC, dont le Maroc et les Etats-Unis, se sont engagés à Doha au Qatar en novembre 2001, « à interpréter et [mettre] en œuvre » l’accord ADPIC « d’une manière qui appuie le droit des Membres de l’OMC de protéger la santé publique et, en particulier, de promouvoir l’accès de tous aux médicaments ».