Haïti : Poursuite de la mobilisation et des actions de plaidoyer

AlterPresse | vendredi 23 novembre 2007

Haïti/APE/UE : Poursuite de la mobilisation et des actions de plaidoyer

P-au-P, 23 nov. 07 [AlterPresse] — A environ un mois de la signature des Accords de partenariat économique (Ape) entre l’Union européenne (UE) et les pays de l’Afrique Caraïbe Pacifique (Acp), les secteurs réticents semblent maintenir la mobilisation et des actions de plaidoyer en Haïti, constate AlterPresse.

Des rencontres entre les autorités haïtiennes, la représentation de l’UE en Haïti et les mouvements sociaux haïtiens ont débouché sur la tenue prochaine d’un débat public autour de la question, informe Camille Chalmers, directeur exécutif de la Plate haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda), lors d’une conférence de presse, ce 23 novembre 2007.

A cette rencontre avec des journalistes, convoquée par une coalition d’organisations sociales dénommée « Bare APE » (Halte aux APE), Chalmers qualifie de « victoire » les résultats obtenus jusqu’à présent par les mouvements sociaux dans leur lutte contre les APE.

Avec Francesco Gosetti, chef de la délégation de la Commission européenne, les discussions ont duré plus de quatre heures, selon Chalmers qui exhorte la population à participer dans les débats concernant la signature des Accords de partenariat économique avec l’Union européenne.

« Quel partenariat ? Pour quel développement ? » se demande Camille Chalmers.

Le dirigeant de la Papda estime que les décisions engageant le pays ne devraient pas être prises de manière technocratique en complicité avec les associations patronales.

« L’ensemble de la société doit, elle aussi, avoir son mot à dire, donner son point de vue », pense le dirigeant de la PAPDA.

Chalmers constate aujourd’hui un « nouvel esprit de dialogue » qui mérite d’être élargi pour éviter au pays de signer des accords contraires aux desiderata de la population.

A l’échelle internationale, notamment dans les autres pays Acp, de nombreuses organisations demandent à leur gouvernement de ne pas signer les Ape. De tels accords, selon ces mouvements sociaux, sont suspectés de favoriser l’entrée des produits européens sur leur marché au grand dam de leur économie nationale.

Ces mobilisations, souligne Camille Chalmers, aident certains gouvernements des pays Acp à la compréhension des enjeux de ces accords avec l’Union européenne. Les pays de la Communauté économique de la Caraibe (Caricom), selon le directeur exécutif de la Papda, commencent eux aussi à manifester certaines réticences par rapport aux Ape.

« Les accords de libre échange ne vont pas résoudre les problèmes du chômage, de la pauvreté, les accords de libre échange nous conduiront dans le sous-développement et la dépendance », affirme Camille Chalmers.

A partir de 2008, les Accords de partenariat économique (Ape) devraient libéraliser les échanges commerciaux entre les 77 pays Acp et l’UE. Des négociations sont en ce sens annoncées pour le 31 décembre 2007.

keywords:
source: AlterPresse