Recettes douanières : un gap de 330.6 milliards d’ariary en 2015

JPEG - 130 kb

News Mada | 23 mars 2016

Recettes douanières : un gap de 330.6 milliards d’ariary en 2015

par Riana R.

Les admissions en franchise de produits d’importation ont occasionné une perte de 330.6 milliards d’ariary à la direction générale des douanes en 2015, contre 299.4 milliards d’ariary en 2014, selon les chiffres publiés par ladite direction dans son dernier Tableau de bord, situation à fin-décembre 2015, sortis au mois de février dernier. Cette situation va à l’encontre de la principale priorité de l’Etat pour cette année, en l’occurrence augmenter les recettes fiscale et douanières.

Selon ce rapport de la direction générale des Douanes, « les pertes générées par les accords économiques avec les partenaires régionaux s’élèvent à 74.8 milliards d’ariary dont 34.8 milliards d’ariary au titre de la préférence tarifaire pour le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa) et 31.5 milliards d’ariary pour la Communauté de développement de l’Afrique australe (Sadc) ». Par ailleurs, Eric Narivony Rabenja, directeur général des Douanes a parlé d’un gap de 45 milliards d’ariary cette année en raison de l’Accord de partenariat économique intérimaire (APEI) lors d’une séance d’information sur la loi de Finances pour les petites et moyennes entreprises (PME) et les contribuables, au mois de janvier dernier.

Enfin, parmi les autres régimes de faveur à l’importation, la direction des Douanes a également mentionné dans son rapport la situation des entreprises franches. « Les droits et taxes suspendus dont bénéficient ces entreprises franches s’élèvent à environ 130 milliards ariary par trimestre dont près de 75% pour des matières textiles et des articles de confection », rapporte la direction.

Avec le contexte de libéralisation commerciale qui prévaut actuellement, de nombreux pays se lancent dans l’adoption d’un plan d’abaissement tarifaire. Ces gaps enregistrés sur les recettes douanières devraient toutefois être compensés en partie par les suppléments de recettes de TVA, résultant de la hausse des importations, selon une étude menée par le Centre de recherches, d’études et d’appui à l’analyse économique de Madagascar (Cream) dans ce domaine.

source: News Mada