bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

agriculture | paysans | alimentation


Libre-échange avec l’Union européenne - L’Amérique centrale pousse pour la banane
L’Amérique centrale, dans la perspective d’un accord de libre-échange avec l’Union européenne, négociera lundi à Bruxelles un meilleur accès au marché européen pour ses produits, notamment la banane, lors de la 4e ronde de négociations entre les deux régions.
Accord de libre-échange agricole avec l’UE : niet des cantons
Le projet d’accord de libre-échange entre la Suisse et l’Union européenne subit un revers de taille. La nette majorité des gouvernements cantonaux le rejettent. Ils estiment que le mandat actuel de négociations a trop de conséquences négatives.
Accords de libre échange, Faire entendre notre voix paysanne
Alena, ZLEA, APE...accords, traités, « partenariats »... Les noms changent, mais le règne sans partage du commerce est en œuvre partout dans le monde. Il est grand temps de faire le point sur ce que nous en savons aujourd’hui, d’apprendre à décrypter ce qui se trame en grand secret, de faire le lien avec les autres travailleurs menacés, puisque dans la plupart des cas, c’est nous qui paierons la facture.
Révoltes de la faim. L’Europe en question ?
Au Sénégal, le Yassa poulet, plat traditionnel, ou la baguette ne sont composés que de produits importés. Par ses exportations alimentaires, l’Europe participe fortement à la perte de l’autosuffisance agricole pour des centaines de millions d’humains.
Les Ape ont « blanchi » le dumping de l’Union européenne
Interpellé à Bruxelles au moment où la Commission européenne est parvenue à convaincre certains pays Acp à signer des Ape intermédiaires, Gérard Choplin, Coordonnateur de la Coordination paysanne européenne, explique que ces accords sont autant rejetés par les paysans d’Europe qu’ils sont vomis par ceux des pays du Sud.
L’ALENA permet-il la souveraineté alimentaire ?
La National Farmers Union du Canada fait valoir que la hausse importante des échanges commerciaux agroalimentaires depuis 30 ans s’est accompagnée d’une chute presque constante du revenu net des agriculteurs canadiens. La NFU attribue cette situation à la perte de pouvoir des agriculteurs par rapport aux grandes entreprises dans un contexte de libre-échange.
APE et enjeux agroalimentaires
La CEDEAO doit se doter de structures spécialisées sur le commerce international des produits agroalimentaires et les politiques agricoles, et aptes à produire la logistique nécessaire aux négociations internationales. Cela éviterait à la CEDEAO de se contenter de réagir à des textes rédigés exclusivement par des experts européens.
Non aux accords de libre-échange, oui à la souveraineté alimentaire et aux droits des peuples !
La Via campesina s’engage à organiser et à intensifier la lutte tous les accords de libre-échange bilatéraux et bi-régionaux, qu’ils s’appellent Traités de libre-échange (TLC), Accords de libre-échange (ALE), ou Accords de partenariat économique (APE).
Les impacts de la nouvelle phase de l’ALENA au Mexique : Sans maïs, il n’y a pas de pays...
Le premier janvier 2008, des centaines de paysans et de militants d’organisations sociales du Mexique et des États-unis ont bloqué certains accès frontaliers avec les États-unis, pour rappeler que l’ALENA, ainsi que l’augmentation de l’importation des aliments, constituent une contre révolution sociale et agraire, qui prétend concentrer à nouveau dans une vingtaine de grandes corporations agroalimentaires mexicaines et transnationales les ressources qu’avaient réussi à récupérer les paysans et les indigènes du pays tout au long du 20ième siècle, à partir de la Révolution mexicaine.
Mexique : l’Eglise demande une renégociation du volet agricole de l’Alena
L’Eglise catholique mexicaine a demandé lundi la renégociation du volet agricole de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena), estimant que les petits paysans mexicains risquaient d’être poussés à l’exil vers les Etats-Unis, faute de débouchés pour leurs produits.
Le traité de libre-échange entre la Colombie et les Etats-Unis : de la guerre à la drogue à l’agroindustrie
Analyse du modèle de développement promu par le traité de libre-échange entre la Colombie et les États-Unis : spécialiser la Colombie dans la production agro-industrielles de variétés tropicales, et importer les aliments depuis les États-Unis, c’est à dire provoquer la perte de la souveraineté alimentaire colombienne.
Les leçons mexicaines du libre-échange
Le Maroc et le Mexique ont beaucoup de choses à apprendre l’un de l’autre, tous les deux signataires des accords de libre-échange avec les Etats-Unis. Contrairement à son voisin, Washington subventionne fortement son agriculture. Cette asymétrie a accéléré l’érosion de la souveraineté alimentaire du Mexique sous l’ALENA. « Repenser notre mode agraire est une urgence », insiste Estela Martinez Borrego, de l’Institut d’investigation sociale. Pas d’ouverture sans réforme. Sinon le scénario mexicain se reproduira au Maroc.
Bananes - Les producteurs ivoiriens inquiets : Anxieuse attente des Ape
La banane de la Côte d’Ivoire a fourni aux fonctionnaires de la Commission européenne l’allié africain, le cheval de Troie, dont ils avaient besoin pour tenter de casser la solidarité dont les pays de la Cedeao ont fait montre jusqu’à présent sur la question des Ape.
Les agriculteurs kenyans saisissent la justice au sujet des APE
Dans un mouvement sans précédent, les agriculteurs kenyans ont saisi la justice pour s’opposer à la signature d’un Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE), indiquant que les Etats africains qui le négocient n’avaient pas de structure concrète comme l’UE pour signer cet accord.
Suisse : Le libre-échange avec l’Europe divise le monde agricole
Le 4 juillet 2007, le Conseil fédéral a annoncé son intention d’aller de l’avant dans l’élaboration d’un mandat de négociation sur un Accord de libre-échange agricole avec l’Union européenne. Si l’Union suisse des paysans y est clairement opposée, cette perspective divise profondément le monde agricole.
Le mal des APE et les OGM
Les APE et l’introduction des OGM dans notre politique agricole représentent un suicide économique pour le Mali, comme pour d’autres pays pauvres.
Les APE peuvent étouffer l’industrie florale en difficulté
L’industrie florale de l’Ouganda a besoin de mesures incitatives du gouvernement et de l’accès préférentiel à l’Union européenne (UE) pour prospérer, déclarent des membres du secteur de la floriculture de cette nation de l’Afrique de l’est.
La CEDEAO à l’écoute des producteurs sur les APE
La Communauté é conomique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est engagée, mardi 5 juin à Ouagadougou, à se mettre à l’écoute du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles (ROPPA), dans le cadre des négociations des Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne.
EPA mobilisation in West Africa
En marge de la réunion de la CEDEAO qui se tient actuellement à Ouagadougou, le Réseau des Organisations Paysannes et des Producteurs Agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), la Confédération Paysanne du Faso, en collaboration avec des organisations de la société civile du Burkina Faso, organisent du 30 mai au 04 juin 2007 des activités visant à informer l’opinion publique et interpeller les autorités nationales et régionales (UEMOA, CEDEAO) sur leurs interrogations et inquiétudes concernant le processus d’intégration régionale, les politiques agricoles et commerciales régionales et les négociations des APE avec l’UE.
Organisations paysannes et APE : « Pas la charrue avant les bœufs ! »
Avant toute signature d’accord avec l’Union européenne, le monde paysan préconise entre autres mesures : l’ajustement du Tarif extérieur commun, instrument financier de l’intégration régionale, en fonction des besoins du secteur agricole ; la réalisation de l’ECOWAP pour mettre l’agriculture au centre de la construction du marché régional ; l’exclusion des négociations du brevetage du vivant ; déterminer la liste des produits sensibles dans chaque pays.