bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

agriculture | paysans | alimentation


Le mal des APE et les OGM
Les APE et l’introduction des OGM dans notre politique agricole représentent un suicide économique pour le Mali, comme pour d’autres pays pauvres.
Les APE peuvent étouffer l’industrie florale en difficulté
L’industrie florale de l’Ouganda a besoin de mesures incitatives du gouvernement et de l’accès préférentiel à l’Union européenne (UE) pour prospérer, déclarent des membres du secteur de la floriculture de cette nation de l’Afrique de l’est.
La CEDEAO à l’écoute des producteurs sur les APE
La Communauté é conomique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est engagée, mardi 5 juin à Ouagadougou, à se mettre à l’écoute du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles (ROPPA), dans le cadre des négociations des Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne.
EPA mobilisation in West Africa
En marge de la réunion de la CEDEAO qui se tient actuellement à Ouagadougou, le Réseau des Organisations Paysannes et des Producteurs Agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), la Confédération Paysanne du Faso, en collaboration avec des organisations de la société civile du Burkina Faso, organisent du 30 mai au 04 juin 2007 des activités visant à informer l’opinion publique et interpeller les autorités nationales et régionales (UEMOA, CEDEAO) sur leurs interrogations et inquiétudes concernant le processus d’intégration régionale, les politiques agricoles et commerciales régionales et les négociations des APE avec l’UE.
Organisations paysannes et APE : « Pas la charrue avant les bœufs ! »
Avant toute signature d’accord avec l’Union européenne, le monde paysan préconise entre autres mesures : l’ajustement du Tarif extérieur commun, instrument financier de l’intégration régionale, en fonction des besoins du secteur agricole ; la réalisation de l’ECOWAP pour mettre l’agriculture au centre de la construction du marché régional ; l’exclusion des négociations du brevetage du vivant ; déterminer la liste des produits sensibles dans chaque pays.
Télescopages entre les accords de libre-échange du Maroc
Une disponsition de l’accord de libre-échange US-Maroc met le Maroc en porte-à-faux vis-à-vis des engagements pris envers les pays arabes sous l’accord d’Agadir. En effet, l’ALE stipule que le Maroc ne peut pas importer, en franchise de droits de douane, certains produits agricoles et agroalimentaires des pays arabes qui en importent plus qu’ils n’en exportent.
Les maraîchers fribourgeois s’inquiètent pour leur survie
Non, à un accord de libre échange agricole entre la Suisse et l’Europe (ALEA), clament ensemble l’Union des paysans fribourgeois et les maraîchers du canton.
L’Alena met la tortilla à plat
Jusqu’au milieu des années 70, le Mexique était autosuffisant en maïs. Après la signature de l’Alena, « les importations ont été multipliées par 15 », affirme Abel Pérez Zamorano, professeur d’économie de l’université de Chapingo, près de Mexico.
Le ROPPA rejette le calendrier des négociations sur les APE
Le Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) s’est déclaré, dimanche, opposé aux conclusions de la concertation régionale sur le traitement des produits sensibles dans la libéralisation du commerce.
Accord de partenariat UE-CEDEAO : La grogne des paysans entendue
La grogne des paysans de l’espace CEDEAO qui redoutent une menace sur la souveraineté alimentaire en cas de signature des accords de partenariat économique (APE) a eu un écho favorable.
Mexique : crise nationale autour de la tortilla
Depuis la signature en 1994 de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le Mexique est devenu plus dépendant du maïs américain subventionné. Ainsi, l’augmentation de la production d’éthanol aux États-Unis a considérablement réduit l’approvisionnement en maïs à des fins de consommation, poussant les prix à la hausse, au Mexique comme à l’échelle internationale.
Agriculture : accord de libre-échange avec l’Union européenne refusé
Les maraîchers suisses ne veulent pas d’un accord de libre-échange agricole avec l’UE. Ils promettent de se battre "jusqu’au bout", référendum compris. L’argument de la baisse des prix pour le consommateur n’est que de la poudre aux yeux, selon eux.
Évaluation à mi parcours des négociations de l’APE entre les régions ACP et l’Union européenne : Contribution indépendante des réseaux régionaux d’organisations paysannes
Les réseaux d’organisations paysannes de cinq sous-régions ACP (Afrique australe, orientale, centrale, occidentale et région Caraïbes) ont procédé à leur propre examen à mi parcours de l’état d’avancement de la négociation de l’Accord de partenariat économique, en vue de contribuer à l’examen formel prévu à l’article 37.4 de l’Accord de Cotonou.
« Est-il possible de négocier des accords de développement entre l’UE et les ACP ? »
Les réseaux de producteurs des pays ACP présentent leurs contributions à l’Examen Formel et Complet des Négociations des Accords de Partenariat Economique
Opposition aux accords de partenariat économique : les paysans ouest-africains battent le pavé à Ouaga
La Confédération paysanne du Faso (CPF) a organisé, le 20 décembre 2006, à Ouagadougou, une marche contre les Accords de partenariat économique (APE) actuellement en négociation entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).
Suisse : Accord de libre échange avec l’UE
Après l’abandon du projet d’accord de libre-échange entre la Suisse et les Etats-Unis, certains milieux agricoles se sont ralliés à l’idée d’un accord agricole avec l’Union européenne (UE).
Pour la souveraineté alimentaire, refusons les Accords de Partenariat Economique UE-ACP !
Les organisations membres de Via Campesina en Afrique, en Europe et dans les Caraïbes considèrent que les Accords de Partenariat Economique (APE) entre l’Union Européenne (UE) et les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) sont une nouvelle menace pour les petits producteurs dans les quatre régions. Nous demandons le blocage définitif du processus de négociation et l’ouverture d’une période de débats et d’analyses des impacts du libre-échange sur les agricultures nationales. Des alternatives basées sur le droit à la souveraineté alimentaire existent.
El Salvador - Sombre bilan à sept mois de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis
Après sept mois d’application de l’accord de libre-échange avec les États-Unis, de petits agriculteurs ainsi que des économistes d’El Salvador signalent que l’accord ne profite qu’à un nombre restreint de secteurs au détriment de la majorité de la production nationale et de milliers d’emplois.
Négociations agricoles Maroc-UE : Statu quo et navigation à vue
Pour la première fois le Royaume devra donner des concessions tarifaires à l’Union européenne dans le cadre de la libéralisation progressive de son secteur agricole.
Accords de Partenariat Economique (APE) : Changeons de cap !
Les APE doivent conforter la souveraineté alimentaire de l’Afrique et la politique agricole de la CEDEAO. Nous, paysans du Faso, sommes convaincus que l’agriculture est un métier qui doit nous permettre, à nous qui la pratiquons, de vivre dignement des fruits de notre travail.