bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

Royaume-Uni

Le vote du Royaume-Uni pour quitter l’Union européenne (UE) ouvre la possibilité sur la négociation de dizaines d’accords commerciaux nocifs, avec des effets d’une portée considérable dans le monde entier.

La volonté d’avoir une politique commerciale indépendante a été un facteur clé de motivation pour les principaux partisans d’une sortie de l’UE. Grâce à cette politique commerciale, les groupes de réflexion et les politiciens de droite espèrent rapprocher l’économie britannique du modèle américain de déréglementation et de libéralisation, et s’éloigner de ce qu’ils considèrent comme le protectionnisme sur-réglementé de l’Union européenne. Qui plus est, ils espèrent commercer beaucoup plus avec les économies émergentes et en développement, en s’appuyant sur ce qu’ils considèrent comme la glorieuse histoire du libre-échange mondial du Royaume-Uni.

Ces accords commerciaux pourraient avoir de graves répercussions sur les services publics et les normes alimentaires britanniques, et menacer de faire du Royaume-Uni une économie encore plus dépendante de la finance, profondément centralisée et inégale – ironiquement, ce sont les conditions mêmes qui ont donné naissance à Brexit. Mais l’impact à l’échelle mondiale pourrait être encore plus grave, car le gouvernement britannique menace de se lancer dans une bataille en faveur des grandes entreprises, en utilisant la propriété intellectuelle, le commerce électronique, la protection des investisseurs et les règles d’approvisionnement pour éliminer les normes et réglementations que les pays en développement utilisent pour protéger leurs populations, leur environnement, et leur droit au développement économique.

Le nouveau système britannique de négociation et de ratification des accords commerciaux est profondément antidémocratique, le public n’ayant aucun droit à l’information et les parlementaires n’étant pas en mesure d’examiner de près un accord commercial. La lutte pour une responsabilité et une transparence de base doit donc aller de pair avec des tentatives visant à mettre fin à des accords commerciaux dangereux.

Le Royaume-Uni est aujourd’hui un pays profondément polarisé, où rien n’est acquis. Les relations du Royaume-Uni avec l’UE n’étant pas résolues, il est difficile de savoir quels domaines du commerce le Royaume-Uni sera en mesure de négocier. Les plus ardents partisans du libre-échange ont tendance à favoriser un Brexit "sans accord", laissant le Royaume-Uni libre de conclure les pactes de libre-échange, les plus extrêmes possibles. D’autre part, l’aspect positif de ce processus est qu’il a ravivé l’intérêt pour le commerce et qu’il nous donne l’occasion d’informer le public qu’un accord commercial moderne va bien au-delà des droits de douane et des contingents. Des moyens totalement nouveaux de "faire du commerce" sont discutés et proposés au sein des partis politiques, d’une manière inconnue depuis de nombreuses années.

Le Royaume-Uni cherche à reconduire plus de 40 accords commerciaux signés entre l’UE et des pays tiers, dont la Corée du Sud, le Japon, le Canada, les Caraïbes, l’Amérique centrale, l’Afrique orientale et australe. De nouveaux accords commerciaux avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis ont également été identifiés comme prioritaires.

Contribution de Nick Dearden, Global Justice Now

dernière mise à jour : août 2019

Photo : Global Justice Now


Le Royaume-Uni signe un accord de libre-échange post-Brexit avec la Suisse
The "continuity agreement" - based on the EU’s existing free trade deal with Switzerland - was agreed in December but ratified on Monday.
Afrique - Royaume-Uni : cinq pays africains concluent un accord de continuité commerciale avec Londres
L’accord qui a été signé avec les Comores, les Seychelles, Madagascar, Maurice et le Zimbabwe, vise à permettre la continuation des relations commerciales entre les cinq pays africains et le Royaume-Uni, malgré le Brexit.
Israël, premier pays à signer un accord commercial post-Brexit
Le Royaume-Uni est parvenu à un accord de libre-échange post-Brexit avec Israël, ont révélé les deux parties lors du Forum économique mondial de Davos.
Post-Brexit : Maurice signe un accord commercial avec le Royaume-Uni
Il entrera en vigueur dans l’éventualité de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Il garantira l’accès préférentiel des produits locaux au marché britannique, soit en duty free et sans quota.
Encore moins transparent que le Tafta : le futur accord de commerce post-Brexit entre l’Europe et la Grande-Bretagne
Les discussions ont déjà commencé, loin des regards du public, sur la conclusion d’un accord de commerce UE-GB post-Brexit, qui entrera en vigueur suite à une période de transition.
Brexit/Maroc : Un ALE en préparation
En préparation de la nouvelle zone de libre-échange entre le Maroc et le Royaume-Uni post-Brexit, la Britcham vient d’adopter un plan d’action 2018-2021 visant à baliser le terrain pour créer l’environnement adéquat à de nouveaux accords bilatéraux.
L’administration Trump souhaite des accords commerciaux avec le Japon, l’UE et le Royaume-Uni
L’administration Trump a formellement notifié le Congrès qu’il a l’intention de négocier trois accords commerciaux séparés avec l’Union européenne, le Japon et le Royaume-Uni (après le Brexit).
Brexit : L’UE ouverte à une zone limitée de libre échange
Les négociateurs de l’Union européenne sont prêts à offrir à Theresa May une zone de libre-échange, limitée géographiquement, après le Brexit mais il faudra en dehors de cette zone une frontière douanière.
Brexit : Theresa May veut parier sur l’Afrique
Theresa May veut que le Royaume-Uni devienne le plus gros investisseur des nations du G7 en Afrique. Quels sont les dessous de ce projet ?
Trump : un « soft Brexit » serait fatal à un accord commercial
Le projet de Theresa May de conserver une relation économique étroite avec l’UE après le Brexit « tuera probablement » un accord de libre-échange avec les Etats-Unis, selon le président américain.

    Liens


  • The UK’s trade agreements
    UK government trade portal where trade agreements that the UK is negotiating and that the UK has already signed can be found, including texts of agreements.