bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Corbyn dégaine des documents qui pourraient affaiblir Johnson

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 102.5 kb

Tribune de Genève | 27 novembre 2019

Corbyn dégaine des documents qui pourraient affaiblir Johnson

Des moments peuvent décider du résultat d’une élection. Mercredi, Jeremy Corbyn a peut-être initié l’un de ceux-là. Le dirigeant travailliste a diffusé les documents confidentiels rédigés par le Ministère du commerce dans le cadre de négociations secrètes menées entre juillet 2017 et novembre 2018 avec les États-Unis en vue de la signature d’un accord de libre-échange. Ils donnent un aperçu glaçant des discussions sur le système de santé, les normes sanitaires alimentaires et le changement climatique.

Le principal sujet de l’élection du 12 décembre s’avère pour le moment être le Brexit, et le Parti conservateur en profite: il devance encore le Parti travailliste de 10points dans les sondages. Ces thématiques sont pourtant capitales aux yeux des Britanniques. Elles pourraient affecter leur quotidien de manière très concrète.

Les documents indiquent que le système de santé figure au premier rang des objectifs américains. Les États-Unis veulent pouvoir étendre la durée des licences de leurs médicaments pour empêcher les Britanniques d’utiliser des génériques, bien moins coûteux. Selon Andrew Hill, professeur à l’Université de Liverpool et conseiller de l’OMS, si le système de prix britannique s’aligne sur celui des États-Unis, le Royaume-Uni dépensera 35milliards de francs supplémentaires par an.

Cette révélation pourrait faire beaucoup de mal à Boris Johnson. Le système de santé britannique, gratuit et universel, est en effet considéré par la population comme l’un des joyaux du pays. La plupart des praticiens alarment déjà leurs concitoyens sur le mal engendré par les coupes budgétaires mises en place par les conservateurs depuis 2010, qui ont largement dégradé le niveau des services. Cette nouvelle n’améliorera pas l’image du parti au pouvoir.

Un autre sujet fait frémir de nombreux Britanniques: la pauvreté des normes sanitaires américaines. Les Américains émettent très clairement leur volonté de voir celles-ci réduites. Pire, les négociateurs britanniques partent du principe que les poulets lavés au chlore pourront être vendus au Royaume-Uni et qu’il faudra faire accepter cette pratique à la population. Elle est actuellement interdite en Europe. Enfin, les Américains préviennent que la notion même de changement climatique ne sera pas mentionnée dans l’accord.

Une partie des demandes américaines était connue depuis la publication d’un document en octobre 2018. La réaction, ou plutôt le manque de réaction des négociateurs britanniques, ne l’était pas. Boris Johnson a tenté de se défendre. Il a répété mercredi que «le système de santé n’est pas à vendre et ne sera pas négocié dans le cadre d’un accord commercial». Preuve de son malaise, il a écourté les questions sur le sujet.

Voir les documents confidentiels (en anglais)


 source: Tribune de Genève