bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

APE: Une n-ième escroquerie qui guette l`économie africaine

21.01.2009

A.P.E: Une n-ième escroquerie qui guette l`économie africaine

Mr Dikongue Jean Jacques

Pour empêcher les Africains d`aller voir ailleurs. Pour empêcher le développement de l’Afrique, les Européens ont à Lisbonne, fait miroiter des merveilles à ces derniers. Cette escroquerie porte un nom: Accord de Partenariat Economique. Comme je le soulignais dans un autre billet “Mon Franc CFA ne connaît pas la crise“, la nouvelle bestiole est aussi dévastatrice que le Fcfa qui lui continue sa dévastation sans que rien ne vienne l’importuner.

Une promesse de plus, dans l`océan de promesses et de bonnes volontés des européens pour venir en aide (entendez préserver leur mainmise) à l`Afrique. Une rouerie de plus, dans laquelle certains dirigeants africains engagent leur pays tout en hypothéquant l’avenir de la jeunesse, le devenir desdits pays. Comment est-ce possible que certains dirigeants ne comprennent toujours pas que le capitalisme sauvage qui est entrain de détruire ses propres fondateurs ne saurait jamais muer en humanisme ? Il est par définition un monstre froid qui cannibalise ceux qui ont la faiblesse de lui ouvrir les bras.

Plus de 25 ans d’échec d`accès préférentiel sous les conventions de Lomé, pour ne citer qu`eux, la nouvelle trouvaille des européens est, à en croire les "experts", la panacée. L`accord de partenariat économique dit en gros que les africains auront l`immense joie de découvrir que leurs produits vont aussi "inonder" le marché européen, comme les produits européens inondent celui de l`Afrique au point de tuer les agriculteurs africains. Enfin l`Afrique pourra trouver justice dans cet embrouillamini. Les Européens vont, et çà c`est juré et promis, cette fois-ci faire des efforts pour favoriser l`Afrique toujours lésée dans ses échanges commerciaux avec l`Europe grâce à l`A.P.E.

Que deviennent les objectifs d’éradication de la pauvreté et de développement durable, proclamés dans l’accord de Cotonou ? Les africains aident les fossoyeurs de leur continent en balayant d’un revers de la main, au nom de la libéralisation du commerce et de l’investissement ces objectifs.
En reconnaissant à Lisbonne que les différents liens (commerciaux en l`espèce) entre l`Europe et l`Afrique ne sont qu`un immense marché de dupes dans lequel les africains se sont toujours fait plumer par l`Europe, l`union européenne avouait (une fois n`est pas coutume) qu`elle se livrait depuis des lustres à une destruction de l`économie du continent africain. Va-t-elle, peut-elle s`arrêter en si bon chemin alors que sa survie dépend de la faiblesse, du manque de protection dont jouit la quasi-totalité des économies africaines ?

Comment peut-on croire des gens qui ont basé leur économie, leur existence que sur la seule destruction des autres, devenir subitement des humanistes ? Comment l`A.P.E peut-il ne pas être le n-ième poison, la n-ième supercherie dont l`Europe a le secret ? C`est la grande énigme que cache la bestiole. Car en plus de donner carte blanche à tous les produits européens sur le continent, il limite les exportations africaines dans le marché européen à un pourcentage oscillant entre 30 voire 40 %. La productivité africaine est bien en-deçà de ce que peut par exemple faire la Chine, pour ainsi aller inquiéter les marchés européens. Les africains n’ayant aucune emprise sur les mécanismes de fixation des prix on comprend mal comment, on peut s’engager dans une telle aventure périlleuse et perdue d’avance. Un tour d’illusion que certains de nos dirigeants feignent ne pas comprendre ou qu’ils acceptent en connaissance de cause ?

Même le président Wade, a pour une fois fait preuve de lucidité en émettant des doutes face à cette nouvelle mascarade, à ce nouveau tour de prestidigitation à l’européenne. Mais quelles sont les raisons, qui poussent le Cameroun à embarquer dans un tel tourbillon dont le tournis ne s’arrêtera jamais? A-t-on pris côté camerounais, le recul nécessaire, le temps de réflexion comme en toute chose ? Qu’est-ce qui justifie cette précipitation alors que l`ensemble économique dans lequel figure ce pays (CEMAC) est réticent. Les pressions de l’Europe aurait-elle raison des velléités de résistance camerounaises ?

Pourquoi les Africains (gouvernants) peuvent-ils croire que l`Europe serait prête à ouvrir son marché aux exportations africaines alors qu`elle est en recherche permanente d`autres marchés pour écouler ses propres produits. Pendant qu’espagnols et français se font la guerre sur la tomate par exemple. Quelle naïveté de penser que l`U.E va lui concéder un espace dans son marché ? Et si c’est le cas à quel prix ? Depuis 10 ans, sinon plus, la tendance est à "l`exclusion des produits africains sur le marché européen. L`ouverture vers l`Amérique du sud pour des produits qui, "naturellement" étaient africains, montre cette tendance. L’Afrique se réduisant à la poubelle lorsque les produits n’ont pu être écoulés ailleurs.

Les Africains ont-ils fini d`exploiter l`immense marché que représente le continent? Les échanges intra-africains sont quasiment inexistants, alors que si l`on favorisait cette option, les africains n`auraient pas forcément à aller se faire "étouffer", asphyxier dans un n-ième accord qui ne sert à rien. Pourquoi aller chercher ailleurs ce que l’on peut faire chez soi ?

L`Afrique a tout intérêt, à développer son marché intérieur et surtout à diversifier ses partenaires ; et la chine, le Brésil, l`Inde offrent de biens bonnes perspectives aujourd`hui que l`Europe. Qu`est-ce que le partenariat avec l`Europe a t-il à ce jour apporté à l`Afrique, rien ! A part l’amplification de la désolation et une pauvreté tentaculaire. L`attitude qui est celle de l`Europe en ce moment, à savoir menacer les pays africains qui n`ont pas encore signé cette escroquerie de plus, est si besoin était, que l`Europe ne parle que pour elle et elle seule dans cet A.P.E.

Pourquoi cette grande capacité à défendre les intérêts de l’Europe au détriment de l’Afrique ? Quel est pour le Cameroun l’objectif qui justifie la signature d’un accord qui, comme le FCFA, est une bombe de destruction massive dont les conséquences néfastes n’en sont encore qu’aux balbutiements mais combien dévastateurs.


 source: Cameroun Link