bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Maroc-Tunisie : Ensemble pour l’intégration économique du Grand Maghreb Arabe

Le Matin | le 22.02.2008

Maroc-Tunisie : Ensemble pour l’intégration économique du Grand Maghreb Arabe

Le Président tunisien Zine El Abidine Ben Ali reçoit Abbas El Fassi

Dans une déclaration à la MAP à l’issue de cette entrevue, M. El Fassi a précisé que ses entretiens avec le Président tunisien ont porté sur plusieurs questions arabes et islamiques, qualifiant ces discussions de " fraternelles".

"Les deux parties ont exprimé une ferme volonté de renforcer davantage les relations bilatérales ", a-t-il dit.

Après avoir souligné l’excellence des relations de coopération maroco-tunisienne dans divers domaines, le Premier ministre a affirmé avoir examiné avec M. Ben Ali les moyens devant permettre de dynamiser les structures de l’Union du Maghreb Arabe (UMA). Le terrorisme dans certains pays maghrébins et dans le monde a été également au menu des discussions, a-t-il indiqué, notant que les deux parties ont souligné la nécessité de conjuguer les efforts dans le cadre de l’UMA et des relations bilatérales afin de préserver la stabilité dont jouissent le Maroc et la Tunisie.

L’objectif de la concrétisation d’un réel Maghreb uni et complémentaire dans tous les domaines était le vœu pieux exprimé par les hauts responsables marocains et tunisiens réunis à Tunis à l’occasion de la tenue de la 14e session de la haute commission mixte. Lors de la séance d’ouverture des travaux tenus, jeudi soir, au Palais de la Kasbah, le Premier ministre, Abbas El Fassi, et son homologue tunisien, Mohamed Ghannouchi, ont réaffirmé avec force leur volonté d’impulser aux relations bilatérales un nouvel élan en vue de l’intégration économique tant rêvée.

Si l’on croit certains responsables marocains, cette réunion a surtout permis d’examiner les modalités de lancement de la Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE) et de la souscription au capital de cette institution régionale. Cette banque sera composée d’une assemblée générale des souscripteurs, d’un conseil d’administration de 10 membres (deux de chaque pays de l’UMA) et d’un directeur général désigné pour un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois.

Le capital de la BMICE s’élève à 500 millions de dollars. Il sera réparti entre les cinq pays membres de l’UMA.

L’objectif de la création de cette institution financière maghrébine est de contribuer à l’édification d’une économie maghrébine compétitive et intégrée, à réaliser des projets mixtes, à promouvoir les échanges commerciaux intermaghrébins et à renforcer les investissements et la circulation des biens et des capitaux entre les pays du Maghreb.

Il est à rappeler que l’accord relatif à la création de cette banque, dont le siège est prévu à Tunis, a été signé en 1991 en Libye. «L’Union du Maghreb arabe est le cadre approprié pour la réalisation de la complémentarité et de l’intégration économique entre les pays de la région », a souligné le Premier ministre tunisien. Et d’ajouter que la tenue de l’actuelle session de la haute commission mixte maroco-tunisienne « intervenait au lendemain de la célébration du 19e anniversaire de l’UMA et en perspective de la commémoration du 50e anniversaire du congrès de Tanger qui a scellé le rêve maghrébin avec l’implication directe des partis nationalistes de nos pays». De son côté, A. El Fassi a prévenu que les développements géostratégiques, économiques, sociaux et civilisationnels que connaît le monde «nous incitent à réfléchir sur notre réalité maghrébine». Sachant que le niveau de ce commerce ne dépasse guère 5 à 6% du volume total du commerce extérieur des cinq pays membres. L’édification de telle structure régionale permet d’aplanir les difficultés et de mettre sur pied un marché maghrébin pour plus de 100 millions de consommateurs potentiels dans les cinq pays membres de l’UMA, qui sera appelée à s’élargir pour englober un marché arabe de libre-échange.

Fort d’une économie de plus de 224 milliards de dollars de PNB, ce groupement, qui recèle d’importantes ressources naturelles et énergétiques, est en droit de se targuer de sa proximité géographique de l’UE, un marché de 450 millions de consommateurs.

En s’unissant, le Maghreb est capable de s’imposer face aux autres ensembles plus puissants dont l’Union européenne. Pour le Premier ministre, l’UMA, qui demeure une aspiration populaire et un choix stratégique incontournable ainsi qu’un instrument efficace de la coopération et de la solidarité entre ses Etats membres face aux défis imposés par les mutations économiques rapides, est en mesure de constituer une plate-forme dynamique sur la voie de la mise en place d’un partenariat euro-africain visant à concrétiser le développement durable du continent africain et à promouvoir sa stabilité. Dans ce cadre, A. El Fassi a réitéré la disposition du Maroc à participer davantage à l’activation des structures et des instances de l’UMA et à consolider les relations de coopération avec la Tunisie. Car, le progrès réalisé dans le domaine de la coopération économique entre Rabat et Tunis constitue un facteur d’appui aux efforts visant la consolidation de l’espace maghrébin, qui reste le cadre idéal pour l’intégration des Etats de la région. C’est pourquoi, des mécanismes de coopération bilatérale se sont multipliés à travers la création de la commission de concertation politique, celle de suivi et de coordination et des commissions sectorielles. Il faut préciser dans ce sens que les relations économiques entre les deux pays amis se sont développées par la signature en mars 1999 d’un accord portant création d’une zone de libre-échange contribuant ainsi à l’élargissement des domaines de coopération.

Parallèlement à cet accord, la Tunisie compte parmi les pays arabes signataires de l’accord d’Agadir en février 2004 pour la création d’une zone de libre-échange regroupant le Maroc, la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie, et qui est entré en vigueur en avril 2006. Pour ce qui est du volume global des échanges commerciaux entre les deux pays, il a atteint 2312 millions de DH en 2007, enregistrant une augmentation par rapport à celui de 2006 qui était de l’ordre de 1962 millions de DH. Le volume des exportations marocaines vers la Tunisie est de 659 millions de DH en 2007 contre 758 millions de DH en 2006, alors que les importations marocaines de la Tunisie ont atteint 1653 millions de DH contre 1177 millions de DH en 2006.Le déficit de la balance commercial avec le partenaire tunisien a atteint 994 millions de DH en 2007 contre 393 millions de DH en 2006. Par ailleurs, le volume des investissements tunisiens au Maroc a atteint durant les 9 premiers mois de 2007 près de 82 millions de DH, enregistrant ainsi une augmentation par rapport à 2006 où il a enregistré 49 millions de DH.

D’autre part, la banque marocaine Attijariwafa Bank a acquis 15,79% du capital de la Banque d’affaires tunisienne et la Société de bourse tunisienne a été agréée en tant qu’opérateur financier au Maroc. Pour les responsables marocains et tunisiens, le bilan de la coopération bilatérale est plutôt positif, mais il demeure toutefois en deçà des attentes et des ambitions des deux pays. Dès lors, ils parlent de lever tous les obstacles entravant la dynamique de rapprochement pour que les acteurs économiques et le Conseil des hommes d’affaires maroco-tunisien puissent bénéficier des facilités et des avantages fournis par les deux pays pour réaliser des projets communs et diversifier les échanges commerciaux.

Des propos des deux Premiers ministres, tunisien et marocain, on constate que le grand pas sera franchi d’ici peu lorsque le projet de création d’une ligne maritime directe sera concrétisé et la libre circulation des personnes avec la reconnaissance mutuelle des permis de conduire sera facilitée. Ces nouvelles mesures ont été entérinées par le Comité du suivi et de la coordination qui s’est réuni mercredi, en présence du secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires éEtrangères et de la Coopération, Ahmed Lakhrif.

A noter que les travaux de cette haute commission mixte ont été sanctionnés par la signature, vendredi après-midi, de plusieurs accords de coopération entre les deux pays.


Les accords signés lors de cette 14e session
- Accord de reconnaissance mutuelle des permis de conduire.
- Accord de coopération entre l’Agence MAP et l’agence de presse tunisienne.
- Accord sur le programme exécutif dans le domaine des affaires religieuses pour les années 2008, 2009, 2010.
- Accord sur le programme exécutif dans le domaine de la formation professionnelle pour les années 2008-2009.
- Accord sur le programme exécutif dans le domaine de la jeunesse et des sports
- Protocole d’accord de coopération signé entre la Fédération nationale des travaux publics et le Bureau des études marocaines et son homologue tunisien.
- Protocole de jumelage entre l’Institut de technologie de la pêche maritime d’Al Hoceima et le Centre de la formation professionnelle de la mécanique maritime de Quabilia.
- Annexe d’un accord de coopération dans le domaine de la femme et de la famille, réservé à l’enfance et aux personnes âgées.


 source: Le Matin