bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Mobilisation urgente contre la signature de l’Accord de Samoa succédant à l’Accord de Cotonou

All the versions of this article: [English] [français]

Photo: CNCD-11.11.11 / CC BY-NC-SA 2.0

SOL | 26 août 2021

Mobilisation urgente contre la signature de l’Accord de Samoa succédant à l’Accord de Cotonou

par Jacques Berthelot ([email protected])

L’Accord de Cotonou liant les pays ACP (d’Afrique-Caraïbes-Pacifique) à l’Union européenne (UE) a été en vigueur du 23 juin 2000 au 28 février 2020 mais a été prolongé jusqu’à la signature officielle par le Conseil des ministres de l’UE et le Parlement européen prévue en novembre 2021 ainsi que par les Chefs d’Etat des pays ACP pour être mis en œuvre en janvier 2022.

L’Accord a été conclu entre les négociateurs en chef (ministres des affaires étrangères ou du commerce) en décembre 2020 et paraphé le 15 avril 2021 à Samoa par le ministre des affaires étrangères du Togo, Robert Dussey, pour l’OACPS (Organisation des Etats d’Afrique, du Pacifique et des Caraïbes) et par Jutta Urpillainen, la Commissaire aux partenariats internationaux de l’UE.

Compte tenu du bilan très négatif des APE (Accords de Partenariat Economique) pour les pays ACP, déjà en Afrique de l’Ouest (AO) où les APE intérimaires (APEi) de Côte d’Ivoire et du Ghana, mis en oeuvre depuis fin 2016, sont en train de détruire le processus d’intégration régionale2, il serait contradictoire que les Présidents de l’AO signent l’Accord de Samoa, en particulier celui du Nigéria, Muhamadou Buhari, qui a refusé de signer l’APE régional. Car ce nouvel accord est basé sur un approfondissement des APE, leur extension aux thèmes dits de Singapour : services, concurrence, marchés publics, propriété intellectuelle, investissements.

Lire la suite


 source: SOL