Washington ne veut pas d’étiquetage contre la malbouffe dans les pays de l’Alena

All the versions of this article: [English] [Español] [français]

JPEG - 207 kb

Courrier International | 21 mars 2018

Washington ne veut pas d’étiquetage contre la malbouffe dans les pays de l’Alena

Dans ses négociations avec le Canada et le Mexique, Washington cherche à restreindre la possibilité d’avertir les consommateurs des risques liés aux aliments gras, sucrés ou salés, d’après des documents confidentiels auxquels a eu accès le New York Times.

“Les négociations conflictuelles sur le sort de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) se sont portées sur une des questions sanitaires les plus brûlantes pour le monde : le combat contre l’obésité, écrit The New York Times ce 21 mars. Sous la pression des grandes entreprises agroalimentaires, le gouvernement Trump utilise les négociations avec le Mexique et le Canada pour tenter de limiter la capacité des trois États membres – dont les États-Unis – d’avertir les consommateurs à propos des dangers de la malbouffe, d’après des documents confidentiels présentant la position américaine.”

D’après le journal new-yorkais, le gouvernement américain pourrait ainsi éviter aux industriels de devoir afficher des étiquettes plus explicites sur leurs produits, aussi bien à l’étranger qu’aux États-Unis. Des responsables au Canada et au Mexique – ainsi que dans d’autres pays d’Amérique latine – envisagent en effet d’imposer l’usage de couleurs et d’autres symboles qui permettraient de mettre en garde les consommateurs contre les risques pour leur santé. Les aliments à haute teneur en graisses, en sucre et en sel seraient ciblés.

Cependant, le Bureau du représentant américain au Commerce, qui mène les négociations sur l’Alena, entend limiter ces initiatives. La position américaine vise à empêcher tout avertissement sous forme de symbole, de forme ou de couleur, qui “signifie de manière inappropriée qu’il y a un risque à consommer certains aliments ou boissons non alcoolisées”.