bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

agriculture | paysans | alimentation


Libre-échange : pas d’accord entre le Mercosur et l’UE
Les représentants de l’Union européenne (UE) et du bloc économique du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) n’ont pas réussi à parvenir à un accord sur la création de la plus vaste zone de libre-échange du monde.
L’Etat marocain s’apprête à privatiser 56 000 hectares de terres agricoles
Les autorités marocaines sont venues exposer en Espagne et en France les conditions de privatisation de leurs terres agricoles, mettent en avant l’opportunité commerciale qu’elles représentent. En effet, en vertu du traité de libre-échange conclu au printemps avec Washington, les exportations agricoles marocaines sont exemptées de droits de douane lorsqu’elles entrent aux Etats-Unis.
Maroc : les failles d’un système
L’industrie agro-alimentaire marocaine est sérieusement menacée par la multiplication des Accords de Libre-Echange, vu que le gouvernement ne prévoit pas de mesures d’accompagnement pour l’aider à être compétitive.
Maroc : inquiétudes des opérateurs face aux accords de libre échange avec les Etats-Unis
La société civile marocaine, les industriels et les opérateurs des différents secteurs économiques craignent que les accords de libre échange signés par le Maroc avec plusieurs groupements régionaux ou dans un cadre bilatéral auront des répercussions néfastes sur l’économie marocaine, fragilisée par les accords d’ajustements structurels.
Le gouvernement Lula livre les travailleurs brésiliens à l’impérialisme européen
Le mouvement Via campesina Brésil dénonce la politique du gouvernement brésilien mise en oeuvre dans le cadre des négociations qui se sont déroulées, du 20 eu 24 septembre à Bruxelles.
Suisse : La Seco étudie la création d’une ZLE avec les Etats-Unis
Le Secrétariat d’Etat à l’économie réfléchit aux différentes possibilités d’intensifier les échanges américano-suisses, dont un accord commercial global.
Libre-échange Etats-Unis/Maroc : Il y a encore du travail...
Les réformes vont peser en priorité sur le Royaume du Maroc, ce qui laisse entrevoir toute une série d’ajustements dans des secteurs fondamentaux tels que le monde rural, secteurs économiques d’exportation, travail des enfants, environnement, secteur informel, droits de propriété intellectuelle, liberté de mouvement de capitaux, services financiers.