Le Kazakhstan et l’Union Européenne entérinent un nouvel accord bilatéral

JPEG - 186.7 kb

Le Caucase | 4 janvier 2016

Le Kazakhstan et l’Union Européenne entérinent un nouvel accord bilatéral

par Axel Desbiens

En négociations depuis plus de trois années, l’Union Européenne et le Kazakhstan viennent de signer une nouvelle série d’accords commerciaux sur plus d’une trentaine de domaines d’activités. Un rapprochement de plus en plus marqué entre l’UE et le pays du Caucase.

C’est sur les terres kazakhes, à Astana la capitale, que l’accord a été officiellement signé en présence du ministre kazakh des affaires étrangères Erlan Idrissov et de Federica Mogherini la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Un événement des plus officiels qui prouve bien tout l’intérêt réciproque de chacune des parties qui ont toutes deux beaucoup à gagner par ce rapprochement économique, politique, énergétique et donc stratégique à plus d’un titre. Un accord bilatéral dont le but est de creuser un peu plus encore le sillon des collaborations dans 29 domaines d’activité parmi lesquels le commerce, le développement des infrastructures, la sécurité régionale et internationale, le désarmement, l’innovation, le sport ou encore la culture et le tourisme. Un spectre large donc de champs de collaborations qui auront pour finalité de renforcer voire de développer chaque secteur que cela soit au Kazakhstan comme dans les pays de l’Union.

Des partenaires de tout premier plan

Si ce nouveau round dans le développement des relations bilatérales entre l’Union Européenne et le Kazakhstan est à ce point notable, c’est en raison du fait que quoique méconnu du grand public, le fait est que les deux protagonistes entretiennent depuis longtemps des relations des plus cordiales sur le plan économique et énergétique. Le Kazakhstan figure ainsi parmi les tous premiers partenaires de l’UE pour ce qui est des produits pétroliers puisque 70% de la production annuelle kazakhe est expédiée dans un ou plusieurs pays de l’Union. A ce titre, le pays est même le troisième fournisseur d’énergie de l’Union hors pays membres de l’OPEP. Et de son côté, l’Union Européenne détient une place de tout premier choix vis-à-vis du Kazakhstan : elle est l’un des premiers sinon le premier partenaire du pays en matière de commerce mais également d’investissements.

Le Kazakhstan a beau être une nation relativement aisée du Caucase, ses besoins en modernisation, investissement, développement d’infrastructures, technologies et transfert de savoir-faire entre autre restent conséquents. Et de son côté, l’Union Européenne a tout à gagner à se rapprocher d’Astana à plusieurs niveaux : importation de pétrole, diversification des sources d’approvisionnement en gaz, maintien de la sécurité régionale par un partenariat stratégique, nouveaux débouchés pour ses produits et services. Un accord qui fait ainsi la part belle à une situation gagnant-gagnant et qui devrait même ouvrir sur une autre série d’ententes à venir pour les prochains mois.

source: Le Caucase