bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Le Vietnam ratifie le Partenariat transpacifique

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 43.2 kb

Le Figaro | 12 novembre 2018

Le Vietnam ratifie le Partenariat transpacifique

Le Vietnam est devenu lundi le septième pays à ratifier le Partenariat transpacifique qui va entrer en vigueur cette année malgré le retrait des Etats-Unis du projet initial.

Ce traité de libre-échange à onze membres, version sans Washington du Traité de libre-échange transpacifique (TPP), a été ratifié fin octobre par l’Australie ce qui a porté le nombre de signataires à plus de la moitié des membres et ouvert la voie à son entrée en vigueur à partir de fin décembre.

Les députés vietnamiens ont voté lundi à l’unanimité l’approbation du traité. "Il s’agit d’une décision politique d’importance, qui affirme le rôle actif de notre pays pour l’intégration internationale", a déclaré Nguyen Van Giau, chef du département des relations extérieures de l’Assemblée nationale.

Les exportations du Vietnam (habillement, téléphonie) étaient censées profiter énormément d’un accès libéralisé au marché américain avant que le président Donald Trump n’en claque la porte dès son investiture début 2017, le qualifiant d’accord "terrible" qui "viole" les intérêts des travailleurs américains.

Signé en 2015 après de longues années de négociations, le TPP couvrait près de 40% de l’économie mondiale et visait à contrer l’activisme de la Chine, qui négocie son propre projet de méga-accord régional, le Partenariat économique intégral régional (RCEP).

Représentant au moins 15% du PIB mondial et liant quelque 500 millions de personnes, l’accord rebaptisé Partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP pour son sigle anglais) est jugé stratégique par les pays qui ont poursuivi sa promotion, malgré le départ des Etats-Unis auxquels la porte reste ouverte comme à d’autres pays.

Outre le Vietnam et l’Australie, le CPTPP a déjà été ratifié par le Japon, le Canada, la Nouvelle-Zélande, Singapour et le Mexique et doit encore l’être par Brunei, le Chili, la Malaisie, le Pérou.

Pour ses promoteurs, le traité va bien au-delà de la simple levée des barrières douanières car il prévoit la levée d’obstacles non-tarifaires, la détermination de normes communes pour le commerce électronique et les services financiers ainsi que le respect du droit du travail selon les normes de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Au Vietnam, pays communiste à parti unique où les organisations de travailleurs sont contrôlées par l’Etat, l’établissement de syndicats indépendants "pourrait poser certains défis", a déclaré lundi Nguyen Van Giau ajoutant toutefois que le gouvernement était ouvert à la réalisation des réformes nécessaires.


 source: Le Figaro