Suisse-Brésil: pétition contre un accord de libre-échange avec le Mercosur

JPEG - 47.8 kb

Arc Info | 29 août 2019

Suisse-Brésil: pétition contre un accord de libre-échange avec le Mercosur

La pétition «Pas d’accord de libre-échange entre la Suisse et le destructeur de l’Amazone Bolsonaro» contre l’accord de libre-échange entre la Suisse – membre de l’AELE – et les pays du Mercosur, a récolté plus de 65’000 signatures et a été déposée jeudi à Berne.

La Suisse ne doit pas conclure d’accord de libre-échange avec le Brésil. Une pétition formulant cette exigence a été remise jeudi à la Chancellerie fédérale. Elle est munie de plus de 65’000 signatures.

Intitulée «Pas d’accord de libre-échange entre la Suisse et le destructeur de l’Amazone Bolsonaro», la pétition a été lancée en ligne par l’organisation Campax. Elle a récolté plus de 65’000 signatures en seulement une semaine, précisent les pétitionnaires dans un communiqué.

Elle demande que la Suisse renonce à signer un accord de libre-échange avec le Brésil à moins qu’il ne contienne des sanctions efficaces contre les violations des droits de l’homme ou le non-respect de normes environnementales et sociales strictes pour tous les pays du Mercosur.

L’AELE, dont la Suisse fait partie, a récemment conclu un accord de libre-échange avec les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay). Le Département fédéral de l’économie (DEFR) espère convaincre le Parlement pour une ratification en 2021.

PS prêt à soutenir le référendum

A peine annoncé, cet accord a provoqué de vives réactions. La Coalition Mercosur, composée d’une dizaine de membres dont SWISSAID, Alliance Sud, l’Union suisse des paysans et la Fédération romande des consommateurs, a insisté sur le fait que des critères contraignants en termes de durabilité et de bien-être animal devaient être inclus dans l’accord. Si tel n’est pas le cas, la coalition mettra le texte à l’épreuve au Parlement.

Les Verts ne veulent pas de cet accord et entendent le torpiller aux Chambres. S’ils ne parviennent pas à faire échouer le texte au Parlement, les Verts sont prêts à recourir au référendum. Ils se prononceront sur la question samedi lors de leur assemblée des délégués.

Le PS a annoncé mercredi qu’il était également prêt à soutenir le référendum «si aucune garantie n’est donnée quant à une protection efficace de la forêt tropicale et des travailleurs et travailleuses sur place».

La présidence du PS a pris cette décision car «la destruction délibérée de la forêt tropicale au Brésil montre clairement que le gouvernement » de Jair Bolsonaro ne respecte pas ses obligations environnementales.

source: Arc Info