bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

UE-Mercosur : que contient l’accord jugé "inacceptable" par les agriculteurs français ?

All the versions of this article: [English] [Español] [français]

JPEG - 146.1 kb

Ouest France | 29 juin 2019

UE-Mercosur : que contient l’accord jugé "inacceptable" par les agriculteurs français ?

(AFP) - Un accord de libéralisation commerciale entre l’UE et les quatre pays du Mercosur (Argentine, Bresil, Uruguay et Paraguay) a été signé vendredi soir. Les agriculteurs estiment qu’il va les exposer "à une concurrence déloyale".

L’Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) ont annoncé vendredi soir un "accord politique" sur un vaste traité de libre-échange, touchant près de 770 millions de consommateurs, qu’ils négociaient depuis 20 ans. Cet accord, un des plus vastes jamais conclu par l’UE – un quart du PIB mondial, soit 18 000 milliards d’euros -, suscite cependant la profonde inquiétude des agriculteurs européens.

"Quelques semaines après l’élection européenne, inacceptable signature d’un accord Mercosur-UE qui va exposer les agriculteurs européens à une concurrence déloyale et les consommateurs à une tromperie totale", a twitté la patronne du premier syndicat agricole français FNSEA, Christiane Lambert, sur le slogan "n’importons pas l’agriculture et l’alimentation que nous ne voulons pas chez nous".

Abattement et incompréhension

En cause, la taxation à un taux préférentiel de 7,5% des quelque 99 000 tonnes de viande bovine que les quatre pays latino-américains devraient pouvoir exporter vers l’UE, fragilisant un peu plus les 85 000 éleveurs français de vaches allaitantes. Le commissaire européen à l’Agriculture Phil Hogan a promis vendredi soir "une aide financière" jusqu’à un milliard d’euros "en cas de perturbation du marché". Lourdement dépendants des subventions européennes, les éleveurs français estiment qu’ils ne parviendront pas à concurrencer les "usines à viande" latino-américaines.

D’autant que selon eux, les pratiques illustrent un double-standard de production entre les deux continents : antibiotiques utilisés comme hormones de croissance d’un côté assorties de déforestation, contre toujours plus de normes environnementales côté européen. Les tweets des responsables agricoles montraient l’abattement et l’ampleur de l’incompréhension face à un accord qui menace leur survie. "À quoi bon demander en France et en Europe une montée en gamme en termes de qualité et de respect de l’environnement si c’est pour importer des produits contraires à cet effort ?", s’interroge le syndicat Jeunes Agriculteurs (JA).

La Confédération paysanne, plutôt classée à gauche, a dénoncé sur twitter le "sacrifice de l’agriculture et l’élevage sur l’autel d’un commerce cannibale et d’une course folle à la croissance au détriment du climat, de la planète et des hommes".

Le plus déçu est sans doute Jeremy Decerle, ancien président des Jeunes agriculteurs (JA) et tout nouveau député européen de la liste Renaissance soutenue par Emmanuel Macron. "En parfaite transparence, un vendredi soir, l’accord commercial UE Mercosur est conclu par la commission sortante. Les consommateurs et les agriculteurs méritaient plus de respect. En tant que député européen je ne peux pas l’approuver" a-t-il twitté.

Ce que contient cet accord

– Droits de douane
L’accord éliminera à terme 91% des droits de douane imposés par le Mercosur sur les produits européens, ce que la Commission évalue en valeur à 4 milliards d’euros. À l’inverse, l’UE supprimera de son côté 92% des taxes actuellement appliquées sur les biens sud-américains qui arrivent sur son sol. Dans l’industrie, les droits de douane du Mercosur seront progressivement éliminés sur les voitures (35%), les pièces détachées (14 à 18%), les équipements industriels (14 à 20%), la chimie (jusqu’à 18%), l’habillement (jusqu’à 35%) ou les produits pharmaceutiques (jusqu’à 14%).

– Agriculture
Sur les produits agricoles, les taxes du Mercosur sur le vin (27%), le chocolat (20%), les spiritueux (de 20 à 35%), les biscuits (16 à 18%), les pêches en conserve (55%), les boissons gazeuses (20 à 35%) ou les olives seront supprimées. Quant aux fromages et aux produits laitiers de l’UE, ils bénéficieront, selon le commissaire européen à l’Agriculture Phil Hogan de "larges quotas" sans taxes. À l’inverse, l’UE ouvre son marché aux produits agricoles sud-américains – sa concession la plus lourde – par le biais de quotas : 99 000 tonnes de bœuf par an à taux préférentiel (7,5%), un quota supplémentaire de 180 000 tonnes pour le sucre et un autre de 100 000 tonnes pour les volailles.

– Sauvegarde
L’accord comprend un "mécanisme de sauvegarde", qui autorise l’UE et le Mercosur à imposer des mesures temporaires pour réglementer les importations en cas d’augmentation inattendue et significative susceptible "de causer un préjudice grave à leur industrie". Ces garanties s’appliquent aux produits agricoles.

– Appellations protégées
Le Mercosur s’engage à protéger 357 "indications géographiques" européennes comme le jambon de Parme, le champagne, le Porto ou le whisky irlandais. L’UE protégera également certaines appellations d’Amérique du sud comme la cachaça brésilienne ou le vin argentin de Mendoza.

– Santé
La Commission européenne assure que "rien dans l’accord ne modifie la manière dont l’UE adopte et applique ses règles de sécurité alimentaire", qu’il s’agisse des produits européens ou des produits importés. L’accord contient une référence au "principe de précaution", garantissant que les autorités publiques pourront "agir pour protéger la santé humaine, animale ou végétale, ou l’environnement, face à un risque perçu, même lorsque l’analyse scientifique n’est pas concluante".

– Environnement
Le texte inclut un chapitre sur le développement durable qui couvre "la gestion durable et la conservation des forêts, le respect des droits des travailleurs et la promotion d’une conduite responsable des affaires". Il fait explicitement référence à l’accord de Paris sur le climat. Selon la Commission, les deux parties "s’engagent à lutter contre le changement climatique et à œuvrer à la transition vers une économie durable à faible intensité de carbone". Cela inclut "un engagement à lutter contre la déforestation", un point important pour les ONG, qui accusent le Brésil de détruire la forêt amazonienne. Toujours selon la Commission, ce chapitre "comportera des règles claires et rigoureuses, ainsi qu’un mécanisme d’évaluation indépendante et impartiale de ces questions par un groupe d’experts", qui n’est pas détaillé.

– Marchés publics
Les pays du Mercosur ouvriront pour la première fois leurs marchés publics aux entreprises européennes, une avancée décisive pour l’UE. Concrètement, les entreprises de l’UE pourront candidater à des appels d’offres sur un pied d’égalité avec les entreprises du Mercosur.


 source: Ouest France