bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

agriculture | paysans | alimentation


Accord de libre-échange UE-USA : La Confédération paysanne réaffirme sa détermination à lutter contre la malbouffe et la pression des multinationales américaines
Alors que s’ouvraient ce lundi 8 juillet 2013 les négociations entre la Commission européenne et les Etats-Unis pour libéraliser les échanges commerciaux, le syndicat, auditionné en groupe de travail à l’Assemblée nationale, exprimait ses craintes quant aux conséquences du futur accord.
Les semences en voie de privatisation
La négociation de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis inclut le droit de propriété intellectuelle, qui offrirait aux multinationales de l’agrochimie le monopole de la vente des semences. Les agriculteurs redoutent de perdre le droit de semer leurs propres graines.
Les paysans sont rassurés par l’accord passé avec la Chine
Mis sous toit en fin de semaine dernière par les négociateurs des deux parties, l’accord de libre-échange n’ouvrira pas complètement le marché suisse aux produits chinois, loin s’en faut.
Libre-échange : les viandes et les produits laitiers au coeur des négos
L’ouverture du marché européen aux exportations canadiennes de boeuf et de porc et l’accès des produits laitiers européens au marché canadien demeurent les principaux obstacles à la conclusion d’un accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.
Libre-échange - Plus de fromages européens tuerait l’industrie québécoise, dit l’UPA
Dans le cadre des négociations visant la conclusion d’un traité de libre-échange, Ottawa ne doit pas permettre à l’Union européenne (UE) d’exporter davantage de fromage au Canada, insiste l’Union des producteurs agricoles.
Accord UE/Maroc : La Confédération paysanne s’attaque à l’accord de libre-échange
La Confédération veut la peau de l’accord de libre échange UE/Maroc, qui permet au Maroc d’exporter des fruits et légumes détaxés vers l’Union européenne. Et pour le faire tomber, elle a décidé de s’attaquer à ses failles juridiques.
Libre-échange Canada-UE : les agriculteurs sont inquiets
L’Union des producteurs agricoles (UPA) et la Coop fédérée craignent les conséquences que pourrait avoir l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe sur le système de gestion de l’offre qui protège les marchés du lait, des oeufs et de la volaille au pays.
Fribourg lance un signal fort contre le libre-échange
Le Gouvernement fribourgeois devra intervenir auprès des autorités fédérales afin de demander d’interrompre immédiatement les négociations avec l’UE concernant un accord de libre-échange dans le secteur agro-alimentaire.
La Méditerranée veut sa politique agricole commune
La zone euro-méditerranéenne de libre-échange (Zlem) tarde à se concrétiser, mais il y a urgence à mettre en place ce marché alimentaire commun, selon Jean-Louis Rastoin, coauteur d’une étude sur la construction d’une PAC euroméditerranéenne.
Qui profite de l’agro-industrie en plein essor dans les territoires occupés du Sahara Occidental ? Sûrement pas les Sahraouis.
Le 22 septembre 2011, John Clarke, de la Commission européenne département de l’Agriculture, a déclaré lors d’une audience du Parlement Européen que, selon les autorités marocaines l’accord commercial à venir entre le Maroc et l’UE serait à l’avantage des petits exploitants agricoles marocains.
Agrobusiness : Apibana ou l’art du lobbying
L’African Pineapples and Bananas Association fait front contre le tarif de douane préférentiel que l’Europe pourrait accorder à l’Amérique centrale.
L’UE souhaite plus d’accès pour ses fromages
L’Union européenne confirme sont intérêt pour un plus grand accès au marché canadien du fromage dans le cadre des négociations actuelles de l’AECG.
Légumes du Sahara vendus en France : illégaux, immoraux
Les légumes qui poussent au Sahara Occidental ne peuvent être étiquetés Maroc, de même que les légumes qui poussent en Palestine ne peuvent être étiquetés Israël...
Révélation WSRW : agro-industrie massive au Sahara Occidental occupé
Le nouveau rapport WSRW "Les tomates du conflit" publié aujourd’hui révèle une augmentation massive de l’industrie agricole marocaine au Sahara Occidental occupé et son commerce vers l’UE.
Suisse-UE : L’accord de libre-échange ALEA n’est plus un objectif prioritaire
Selon Johann Schneider-Ammann, le ministre de l’Economie, l’accord de libre-échange ALEA avec l’UE n’était plus au rang des priorités du gouvernement.
Un euro parlementaire français menace de saisir la Cour européenne de l’illégalité de l’accord de libre échange entre l’UE et le Maroc
L’euro parlementaire français, José Bové a exprimé encore une fois, mercredi, sa ferme opposition à la rénovation de l´accord de libre-échange entre l´Union européenne et le Maroc, estimant que cet accord viole le droit international du fait qu’il inclut le Sahara occidental.
Maroc-UE : L’accord agricole passe avec succès, son premier test à Bruxelles
Les professionnels marocains de l’agriculture ont pu souffler un premier ouf après le vote positif de la Commission du Commerce international du Parlement européen (PE) en faveur de l’accord agricole Maroc-UE.
Accord agricole Maroc-UE : Bové : « Nous ferons tout pour faire barrage »
Pour José Bové, l’accord agricole « est une catastrophe pour l’agriculture, une catastrophe pour l’emploi des deux côtés de la Méditerranée et c’est aussi une catastrophe écologique, car on sait qu’il faut 10 fois plus d’eau pour produire des tomates au Maroc qu’en Europe »
L’ale agricole en stand-by : Les agriculteurs montent au créneau
Une fois n’est pas coutume, les professionnels du secteur agricole s’unissent autour d’une cause commune : dénoncer la campagne de dénigrement dont fait l’objet l’Accord de libre échange (ALE) agricole Maroc–UE au sein du Parlement européen
Quand les agriculteurs marocains défient l’Union Européenne
Le Parlement européen se réunit ce jeudi pour discuter de l’accord agricole entre l’Union européenne et le Maroc. Exaspérés par le retard pris dans la signature du texte, les producteurs marocains montent au créneau : ils soupçonnent les lobbies agricoles européens de faire pression sur la commission du commerce international chargée d’examiner le texte.