bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

ZLEC

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC ou ZLECAf) est un accord commercial qui est opérationnel depuis le 30 mai 2019, entre 22 États de l’Union africaine (UA). Il vise à créer une vaste zone de libre-échange de plus de 1,3 milliard de personnes avec un PIB combiné de plus de 2 000 milliards de dollars US. En avril 2020, 29 pays avaient ratifié l’accord. Il est officiellement entré en vigueur le 1e janvier 2021.

L’idée de créer une zone de libre-échange à l’échelle de l’Afrique a émergé lors du sommet de l’UA de 2012 à Addis-Abeba. Les négociations ont débuté en 2015 et l’accord a été signé par 44 des 55 États membres de l’UA, en mars 2018, lors du sommet de l’UA à Kigali. Dans un premier temps, des puissances économiques, comme l’Afrique du Sud et le Nigeria, ont refusé d’endosser l’accord. Toutefois, l’Afrique du Sud a signé en juillet 2018, tandis que le Nigeria a adhéré à la dernière minute, en juillet 2019, lorsque l’accord est entré dans sa phase opérationnelle. L’Érythrée est le seul État de l’UA à avoir refusé de signer.

La ZLEC vise à libéraliser 97 % des produits : 90 % des produits non sensibles et 7 % des produits sensibles. La phase 1 du processus de négociation s’est concentrée sur le commerce des biens et des services. La phase 2 comprend les règles sur la concurrence, la propriété intellectuelle et l’investissement, et devrait être achevée d’ici 2020. La phase 3 incluera ensuite un protocole sur le commerce en ligne.

Bien que l’accord soit en vigueur, des questions de fond essentielles restent à régler, notamment certaines règles d’origine, des concessions tarifaires et des engagements spécifiques dans le secteur des services.

Alors que ses partisans ont affirmé que la ZLEC favorisera le développement en Afrique et aidera les entreprises africaines, l’accord a également suscité de nombreuses critiques et de l’opposition.

La ZLEC a été dépeinte par certains comme un afro-libéralisme déguisé en panafricanisme, reposant sur le même dogme du capitalisme et du libre-marché, qui ne bénéficie qu’au capital transnational, et soutenu par de grandes institutions et agences internationales telles que l’UE, la CNUCED, l’OMC et la Banque mondiale.

Jusqu’à présent, le Nigéria a été le terrain de l’opposition la plus forte à la ZLEC. Des fabricants, des commerçants, des agriculteurs, des petites et moyennes entreprises ont exprimé la crainte que l’Afrique ne devienne une décharge pour produits bon marché en provenance de l’étranger, ce qui pourrait faire des ravages sur le processus actuel d’industrialisation.

L’économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla l’a qualifié d’"initiative prématurée" qui bénéficierait aux grandes entreprises étrangères, ainsi qu’aux poids lourds africains. Il affirme, au contraire, que la priorité devrait être donnée aux politiques de d’industrialisation, de développement des infrastructures panafricaines dans les secteurs routier, maritime, ferroviaire, aérien et informatique.

Certaines puissances étrangères ont déjà décelé des opportunités que la ZLEC va générer. La Chine envisage d’en tirer parti pour relier les marchés africains et chinois, afin de promouvoir la libre circulation des marchandises, des personnes, des capitaux et des technologies. L’Inde est sur le point de conclure un accord commercial avec l’Ile Maurice, qui lui permettrait d’avoir un ancrage en Afrique. Pour des investisseurs turcs, la ZLEC présente aussi des possibilités de développement de leurs activités sur l’ensemble du continent, tandis que l’Union européenne pourrait envisager un méga-accord commercial. L’Union africaine serait, par ailleurs, en faveur d’un accord commercial Afrique-États-Unis lorsque la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) viendra à expiration en 2025.

Le texte de la ZLEC est disponible ici : https://www.bilaterals.org/?zlec-texte-consolide-mars-2018

Dernière mise à jour : janvier 2021
photo : Paul Kagame/CC BY-NC-ND 2.0


Lancement "historique" de la zone de libre-échange africaine au sommet de l’Union africaine
Les pays de l’Union africaine vont lancer la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlec). Cinquante-quatre pays vont participer à ce marché "historique", qui sera actif d’ici à 2020.
Libre-échange : l’Afrique dans les starting-blocks à Niamey 
Deux mois après son entrée en vigueur théorique, l’accord portant création d’une zone de libre‑échange continentale sera au cœur des discussions du sommet de l’Union africaine.
Libre-échange : ces écueils qui peuvent faire dérailler la Zlec
Dans la mise en œuvre de la Zlec, deux points sont à surveiller de près : le bénéfice de l’accord pour les pays qui n’ont pas de ressources naturelles ou pas d’accès à la mer, et l’avenir des relations commerciale avec l’UE.
Le Nigeria assure qu’il va signer l’accord de libre-échange continental
Le Nigeria, première économie d’Afrique et premier marché du continent avec 190 millions d’habitants, a finalement annoncé qu’il signerait l’accord de libre-échange continental.
Zone de libre-échange : l’Afrique au secours des États-Unis ?
Un seul ensemble d’accords commerciaux devra être négocié avec la ZLEC, au lieu de cinquante-cinq accords commerciaux complexes conclus avec chaque petite économie africaine.
Accord de libre-échange en Afrique : pas de précipitation pour Buhari
Les bénéfices d’un tel accord ne doivent pas retomber que dans l’escarcelle des investisseurs, mais également dans celle des citoyens, a déclaré le président nigérian.
Zone de libre-échange africaine : vers un méga-accord commercial avec l’Europe ?
Bien que le scénario d’un accord commercial entre l’Union Africaine et l’Union Européenne a été soutenu au plus haut niveau, la légitimité d’une négociation intercontinentale pose problème
La Zlec, et après ?
Le piège de cet accord réside dans les 10 % de lignes tarifaires qui seront protégées ou dont le démantèlement sera progressif.
Le Kenya veut booster son commerce laitier grâce à la zone de libre-échange continentale africaine
Selon le Conseil laitier kenyan, le secteur devra travailler à baisser ses coûts de production de 25 shillings/litre à 15 shillings/litre afin d’être compétitive sur le marché continental.
Afrique : le mauvais pari du libre-échange continental
Une intégration entre Etats économiquement dénationalisés n’est ni un gage de démocratie ni une promesse de prospérité collective. C’est pourtant à ce résultat que concourt la ZLECA en tant que projet afrolibéral.