ALENA : peu d’avancées sur l’agriculture à Mexico

JPEG - 174 kb

La Terre de Chez Nous | 27 février 2018

ALENA : peu d’avancées sur l’agriculture à Mexico

La 7e ronde de renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui se tient à Mexico du 25 février au 3 mars, n’a, pour l’instant, pas permis de percée importante en agriculture.

Après les deux jours de discussions prévus pour le secteur agricole, les 25 et 26 février, la question de la gestion de l’offre n’aurait pas fait l’objet de nouvelles propositions. « Il n’y a pas de développement sur la gestion de l’offre et pas de discussion sur l’accès au marché », a révélé Marcel Groleau, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), depuis Mexico en soirée le 26. « Le négociateur du Québec, Raymond Bachand, continue de prendre parti pour la gestion de l’offre », précise Benoît Fontaine, président des Producteurs de poulets du Canada, également présent à Mexico. Selon nos sources, des échanges d’information entre les négociateurs ont eu lieu sur l’inspection de la viande et le classement du grain et du lait.

Le retrait des États-Unis de l’ALENA n’est plus évoqué aussi souvent à Mexico qu’il ne l’a été lors des jours qui ont précédé la dernière ronde à Montréal. « On sent plus de prudence des États-Unis », indique Marcel Groleau. Rappelons par ailleurs qu’avec la conclusion du Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), le Canada et le Mexique font partie d’une même zone de libre-échange même si l’ALENA devait être suspendu par le président Trump. La fin de cet accord de libre-échange serait de toute façon complexe en raison de probables contestations judiciaires et de l’opposition possible du Congrès.

Les pourparlers sur l’agriculture, une des 28 tables de négociation de l’ALENA, sont normalement terminés pour la ronde actuelle. D’autres sujets importants, comme le secteur automobile, seront abordés dans les prochains jours.

La prochaine ronde de négociation doit normalement se tenir en avril aux États-Unis. Plusieurs évoquent une pause des négociations au niveau politique après cette 8e ronde en raison des élections au Mexique en juillet et aux États-Unis en novembre.