bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

L’ONG ENDA CACID doute de la signature des APE par le Nigeria

JPEG - 23 kb
« Le secteur privé nigérian a dit et redit qu’il ne veut pas des APE. Il en est de même de la société civile et des parlementaires nigérians », argumente M. Dièye.

APA 23/12/2014

L’ONG ENDA CACID doute de la signature des APE par le Nigeria

Le jour où le Nigeria aura fini de ratifier et de mettre en œuvre l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union Européenne (UE), c’est ce jour-là que je croirais que ce pays a mis en place l’APE, a déclaré mardi à Dakar Dr Cheikh Tidiane Dièye Directeur exécutif du Centre africain pour le commerce, l’intégration et le développement (ENDA CACID). M. Dièye faisait une communication sur les APE dans le cadre du forum scientifique de la 23ème édition de la Foire internationale de Dakar (FIDAK).

« Tant que le Nigeria ne l’aura pas fait, je continuerai à croire que ce pays est contre l’APE », ajoute cet expert. Pour lui, c’est la dynamique qui a cours dans ce pays.

« Le secteur privé nigérian a dit et redit qu’il ne veut pas des APE. Il en est de même de la société civile et des parlementaires nigérians », argumente M. Dièye.

Le directeur exécutif d’ENDA CACID est d’avis que le Nigeria n’a pas les mêmes intérêts que des pays comme la Côte d’Ivoire et le Ghana qui avaient signé des APE intérimaires. Se disant respectueux de la position du Nigeria, M. Dièye avance qu’on « ne peut pas être la première économie africaine dont le marché d’extension naturel est l’Afrique de l’ouest et n’ayant pas d’exportations en Europe, et laisser cette derrière venir s’implanter et la concurrencer directement sur son marché ».

Quel pays sensé ne défendrait pas son marché ? se demande M. Dièye, ajoutant que l’UE nous impose la clause NPF (la Nation la plus favorisée) pour contrecarrer la concurrence chinoise et des autres pays émergents.

Le directeur exécutif d’ENDA CACID soutient que les pays de l’Afrique de l’Ouest doivent analyser deux options : faire bloc derrière le Nigeria ou bien l’affaiblir pour avoir l’APE. « J’ai l’impression que la volonté d’avoir un APE peut nous pousser aujourd’hui à accepter beaucoup de choses mais si le Nigeria dit niet il n’ y aura pas d’APE en Afrique de l’Ouest », affirme-t-il.

Pourtant, dans les accords signés par les négociateurs de l’Afrique de l’Ouest et ceux de l’UE, il est dit que si les trois quarts des Etats ratifient ces accords, les APE entrent en vigueur.

Sur ce point M. Dièye se veut formel : si tous les Etats de l’Afrique de l’Ouest signent les APE sans le Nigeria, ça n’ira pas car ce pays va bloquer la CEDEAO, le Tarif extérieur commun (TEC) et d’autres outils d’intégration de la région. Ce qui amènera la destruction régionale. Dans l’entendement de M. Dièye, « avancer avec le Nigeria, permettra d’avoir un APE régional ».


 source: APA