bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

La Chine s’engage à étendre son réseau mondial de zones de libre-échange

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 154.6 kb
ILO Asia-Pacific

Le Quotidien du Peuple | 26 novembre 2020

La Chine s’engage à étendre son réseau mondial de zones de libre-échange

par Yishuang Liu

Selon le ministre chinois du Commerce Zhong Shan, la Chine va intensifier ses efforts pour étendre le réseau de zones de libre-échange à travers le monde afin d’élargir son « cercle d’amis ».

Après avoir signé le Partenariat économique global régional (RCEP), la Chine verra également l’accord de libre-échange Chine-Cambodge entrer bientôt en vigueur et accélérera les négociations du traité d’investissement avec l’Union européenne, a déclaré M. Zhong dans un article signé publié le 24 novembre dans le Quotidien du Peuple.

Le ministre a également demandé des efforts visant à améliorer les pactes commerciaux existants avec l’ASEAN, Singapour, la République de Corée (ROK) et la Nouvelle-Zélande, et à faciliter les négociations sur les accords de libre-échange Chine-Japon-ROK, Chine-Conseil de coopération du Golfe, Chine-Norvège et Chine-Israël.

Le RCEP atteignant un niveau plus élevé dans des domaines tels que les procédures douanières et la facilitation du commerce, la protection de la propriété intellectuelle, le commerce électronique et les recours commerciaux, la Chine s’engagera activement dans le dialogue et la communication avec davantage d’économies majeures et de mécanismes commerciaux régionaux, a-t-il ajouté.

La signature du RCEP, ainsi que les promesses d’élargissement du réseau de la zone de libre-échange dans le monde, sont conformes à l’objectif des dirigeants chinois de construire un réseau de zone de libre-échange de haut niveau avec une portée mondiale, qui a été mis en évidence dans les propositions de formulation du 14e Plan quinquennal (2021-2025) pour le développement économique et social national et les objectifs à long terme à l’horizon 2035.

« C’est une étape importante dans la poursuite de l’ouverture de la Chine », a noté M. Zhong, ajoutant que le pacte commercial devrait forger un nouveau cycle d’ouverture de haut niveau en Chine dans le contexte d’une récession économique mondiale déclenchée par l’épidémie de COVID-19 et des incertitudes externes croissantes.

Le RCEP, le plus grand accord de libre-échange au monde, a été signé à la mi-novembre par 10 pays membres de l’ASEAN et la Chine, le Japon, la République de Corée, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Couvrant un marché de 2,27 milliards de personnes et un PIB combiné de 26 200 milliards de dollars, les pays signataires du RCEP, qui représentent environ un tiers de l’économie mondiale, deviendront un grand marché intégré.

Selon Bai Ming, chercheur dans un institut de recherche affilié au ministère chinois du Commerce, la signature du RCEP aidera la Chine à optimiser davantage la structure du commerce extérieur et des investissements grâce à une ouverture plus complète, plus approfondie et plus diversifiée, à s’intégrer en permanence aux règles du commerce international et de l’investissement à des normes élevées et à construire une économie ouverte à un niveau plus élevé.

Jusqu’à présent, la Chine a signé des accords de libre-échange (ALE) avec 26 pays et régions. Après la signature du RCEP, la part de la valeur commerciale avec les partenaires d’ALE dans le commerce extérieur global du pays est passée de 27% à environ 35%, ont montré les données officielles.

Le RCEP a enregistré de nombreuses percées dans l’histoire du commerce extérieur chinois. Selon le ministre Zhong, c’est la première fois que la Chine parvient à un accord sur une liste négative d’investissements dans les négociations économiques, que des réglementations relatives aux flux de données sont inclus dans les accords internationaux et que des éléments sur la protection de la propriété intellectuelle sont pleinement intégrés dans les ALE.

Dans le même temps, l’importation et l’exportation de marchandises d’une valeur de plus de 1 400 milliards de dollars par an entre la Chine et les autres membres du RCEP seront soumises à des tarifs préférentiels après la mise en œuvre du Partenariat.

La Chine s’est également engagée à ouvrir plus de 120 secteurs de services, notamment la recherche et le développement et les soins aux personnes âgées, 22 de plus que le nombre de secteurs que le pays a accepté d’ouvrir lors de son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce.

Le RCEP sera également une plate-forme importante pour le nouveau paradigme de développement de la Chine. Selon M. Zhong, le grand marché régional alimenté par la mise en œuvre du RCEP offrira des opportunités de développement aux entreprises de tous les pays, améliorera la connectivité du marché intérieur chinois et du marché mondial et rendra le pays mieux intégré dans les chaînes industrielles, d’approvisionnement et de valeur mondiales.


 source: Le Quotidien du Peuple