Libre-échange avec l’Union européenne - L’Amérique centrale pousse pour la banane

AFP | 15/07/2008

Libre-échange avec l’Union européenne - L’Amérique centrale pousse pour la banane

L’Amérique centrale, dans la perspective d’un accord de libre-échange avec l’Union européenne, négociera lundi à Bruxelles un meilleur accès au marché européen pour ses produits, notamment la banane, lors de la 4e ronde de négociations entre les deux régions.

Insatisfaits de l’offre de l’UE, les Centraméricains chercheront à consolider les avantages liés au Système de préférences généralisées (SPG) et à s’ouvrir également des débouchés en Europe pour le sucre, le café et les produits de la pêche. "Ca ne sert à rien de négocier si c’est pour en rester au même point", s’est plaint Roberto Echandi, le chef des négociateurs du Costa Rica, pays qui concentre 73% des exportations de l’Amérique centrale vers l’UE.

Les bananes produites au Costa Rica sont actuellement taxées à hauteur de 176 euros par tonne, une mesure visant à protéger les productions des anciennes colonies d’Afrique, des Antilles et du Pacifique, dénoncent les Centraméricains. L’UE propose que 90% des produits centraméricains actuellement sous le coup du SGP entrent dans l’Europe des 27 à taux zéro.

La question des normes sanitaires et des appellations d’origine contrôlées, notamment pour les fromages et les jambons produits en Amérique centrale, sera également abordée. "L’Europe affiche une position très défensive", regrette Roberto Echandi, qui reconnaît que les cinq pays d’Amérique centrale ont parfois du mal à se mettre d’accord entre eux. Outre le Costa Rica, le Guatemala, le Salvador, le Nicaragua et le Honduras, le Panama participe en tant qu’observateur aux discussions, prévues du 14 au 18 juillet.

source: Terre-Net