bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

agriculture | paysans | alimentation


L’ale agricole en stand-by : Les agriculteurs montent au créneau
Une fois n’est pas coutume, les professionnels du secteur agricole s’unissent autour d’une cause commune : dénoncer la campagne de dénigrement dont fait l’objet l’Accord de libre échange (ALE) agricole Maroc–UE au sein du Parlement européen
Quand les agriculteurs marocains défient l’Union Européenne
Le Parlement européen se réunit ce jeudi pour discuter de l’accord agricole entre l’Union européenne et le Maroc. Exaspérés par le retard pris dans la signature du texte, les producteurs marocains montent au créneau : ils soupçonnent les lobbies agricoles européens de faire pression sur la commission du commerce international chargée d’examiner le texte.
La Coordination rurale salue le rejet de l’accord UE-Maroc par des eurodéputés
La commission Agriculture du Parlement du Parlement Européen a rejeté « la proposition d’accord de libéralisation des échanges agricoles entre le Maroc et l’UE » en invoquant des motifs de sécurité alimentaire, de protection de l’environnement et les répercussions économiques négatives que l’on peut craindre pour les producteurs européens
Libre échange UE-CH : une étude pour déjouer la réalité
Selon une étude réalisée par la HES de Coire et l’EPF de Zürich, le libre-échange agricole entre l’Union Européenne et la Suisse permettrait à l’industrie agroalimentaire helvétique d’obtenir des matières premières 30% meilleur marché. Néanmoins les prix aux consommateurs ne devraient baisser que de 10% alors que la grande distribution et les entreprises de transformation se partageront les 20% restant.
Négociations avec l’UE : Le président du Mercosur admet des divergences internes sur l’agriculture
Le président du Mercosur, le Paraguayen Armindo Lugo Mendez, a reconnu ce mardi 24 mai 2011 des « divergences » internes au bloc sud-américain dans ses négociations avec l’UE sur le volet agricole de leurs négociations pour un accord de libre-échange, tout en se disant « optimiste ».
EU-CH : Produits alimentaires et libre-échange
Ce n’est pas par nostalgie du protectionnisme que les agriculteurs s’opposent au libre-échange avec l’Union Européenne, s’insurge l’ASSAF-Suisse
AGORA craint un accord plus large
Il y a urgence à renforcer la pression politique, non plus pour suspendre ou arrêter les négociations en cours sur le projet d’accord de libre-échange agricole entre Berne et Bruxelles, mais pour exclure l’agriculture des futures négociations bilatérales que souhaite Johann Schneider-Ammann.
Mettre fin à la "guerre de la banane" qui dure depuis 16 ans
Le Parlement Européen devrait contribuer à mettre fin au différend commercial le plus long de l’histoire, en donnant son assentiment à l’accord de Genève du 15 décembre 2009 sur les droits de douane sur les bananes, même si cet accord n’a pu répondre entièrement aux intérêts légitimes de toutes les parties, a précisé la commission du commerce international dans une recommandation, lundi.
ALE UE-Maroc : L’UE poursuit la destruction de l’agriculture paysanne
La Coordinadora Europea Vía Campesina llama a los diputados y las diputadas europeos a rechazar este acuerdo que tendrá consecuencias desastrosas en ambos lados del Mediterráneo.
CH/UE/Libre-échange agricole : le CF ne veut pas interrompre les négociations
Pas question de geler les négociations en vue d’un accord de libre-échange agricole avec l’Union européenne. Le Conseil fédéral de la Suisse prône le rejet d’une motion exigeant une suspension des discussions.
Les fermiers s’opposent
L’Union nationale des fermiers s’inquiète d’un possible accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne car ils craignent que l’entente impose de nouvelles contraintes aux agriculteurs pour les semis.
Nouveau coup dur pour la banane antillaise
Nouveau coup dur pour les producteurs de bananes antillais. Après l’accord multilatéral de libre-échange signé entre l’Union européenne (UE) et l’Amérique latine en décembre dernier, prévoyant une réduction de 35 % des droits de douane sur la banane latino arrivant sur le Vieux Continent, Bruxelles a franchi une étape supplémentaire. La Commission vient de signer un accord bilatéral de libre-échange avec la Colombie et le Pérou. Il porte notamment sur la réduction des droits de douane de près de 60 % sur ce fruit tropical. Actuellement de 176 euros la tonne, les droits passeront à 75 euros d’ici à dix-sept ans.
L’USP veut stopper les négociations sur l’accord de libre-échange
Les agriculteurs suisses ont réitéré leur opposition à un accord de libre-échange agricole avec l’Union européenne (UE).
Ottawa demande à l’UE d’abandonner ses subventions aux produits agricoles
Le Canada a demandé aux pays de l’Union européenne d’abandonner leurs subventions aux produits agricoles lors de pourparlers destinés à parvenir à un accord de libre-échange.
Agriculture : la qualité pour survivre au libre-échange
La Suisse se prépare à atténuer le choc d’une ouverture des marchés agricoles en cas d’accord de libre-échange avec l’Union européenne ou au sein de l’OMC.
Mon blé contre ton vin
Ces dernières années, le Canada a conclu des accords de libre-échange bilatéraux où il tenait davantage le rôle de l’avaleur que de l’avalé. Mais en amorçant des négociations avec l’Union européenne, la bouchée grossit et pourrait bien rester en travers de la gorge des agriculteurs tournés vers les marchés intérieurs, comme c’est majoritairement le cas au Québec.
17 avril : journée internationale des luttes paysannes. Ensemble pour les droits des paysans et des paysannes !
En ce 17 avril 2009, unissons-nous pour stopper les accords de libre échanges en Afrique et partout dans le monde.
CH-UE/Accord de libre-échange agricole : l’USP rappelle son opposition
Le projet d’accord de libre-échange agricole avec l’UE était le fil rouge de l’Assemblée des délégués de l’Union suisse des paysans (USP) jeudi à Berne. Les paysans ont exprimé leur crainte, mais affichent leur confiance dans l’avenir.
Qui osera reprocher à l’Afrique de protéger son agriculture ?
L’Inde a fait jouer là la souveraineté alimentaire comme un principe politique fort. De nombreux pays africains adoptent enfin la même attitude et s’unissent en régions pour mieux défendre ensemble leurs intérêts économiques, notamment agricoles, face aux revendications de l’UE et d’autres accords bilatéraux.