bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Budget fédéral : 4 milliards aux agriculteurs en raison des accords commerciaux internationaux nouveaux

JPEG - 74.1 kb
Photo: Krystalle Ramlakhan/CBC

RCI | 20 mars 2019

Budget fédéral : 4 milliards aux agriculteurs en raison des accords commerciaux internationaux nouveaux

Par Stéphane Parent

Les producteurs laitiers canadiens et ceux des autres secteurs agricoles au pays soumis eux aussi à la gestion de l’offre recevront près de 4 milliards de dollars pour compenser l’impact que devraient avoir les accords commerciaux que le Canada a signés avec l’Asie et l’Europe.

Quatre ans après que le précédent gouvernement conservateur canadien de Stephen Harper eut fait la promesse de verser une aide 4,3 milliards de dollars aux producteurs canadiens de lait, d’œufs et de volaille, c’est en fin de mandat que le gouvernement Trudeau accepte de verser un montant pratiquement semblable pour tenter de dédommager nos agriculteurs pour leurs pertes de parts de marché au pays aux mains des produits étrangers.

Le budget de 2019 promet un financement de 3,9 milliards de dollars aux producteurs admissibles pour les aider à faire face aux répercussions économiques de l’Accord commercial Canada-Union européenne (AECG) et de l’Accord de partenariat transpacifique global et progressif (PTPGP), tous deux signés et mis en oeuvre par les libéraux au cours des trois dernières années.

Toutefois, peu de détails sont disponibles dans le budget déposé mardi et les fonctionnaires n’ont aucun plan quant au moment où ils pourront expliquer réellement aux agriculteurs comment profiter de la nouvelle protection financière.

Pas de protection en vue du futur accord avec l’Amérique de Donald Trump

L’annonce budgétaire de mardi ne prévoit pas d’indemnisation pour tenir compte de l’incidence de la part de marché cédée aux producteurs étrangers en vertu du nouvel accord de libre-échange nord-américain conclu, l’automne dernier, avec les États-Unis et le Mexique.

Cet accord n’a pas encore été ratifié, mais la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a déjà dit que les producteurs laitiers touchés par cet accord seront indemnisés.

Beata Caranci, économiste en chef à la Banque TD, s’attend à ce que tout programme de rémunération futur visant à régler ce problème soit égal ou inférieur aux deux programmes proposés pour traiter de l’AECG et du PTPGP.

Plusieurs s’attendent à ce que l’indemnisation des producteurs laitiers dans le cadre du nouvel ALENA devienne un enjeu de la campagne électorale en octobre prochain, particulièrement au Québec.

Réactions des milieux agricoles

Les associations de Producteurs de lait du Québec et des Producteurs de lait du Canada, qui avaient exprimé haut et fort leur mécontentement à la suite de la conclusion des ententes de libre-échange, se sont tous deux réjouis que le gouvernement tienne son engagement d’indemniser leur industrie.

« C’est une bonne nouvelle, par le montant, mais aussi parce que le gouvernement reconnaît les pertes [attribuables aux] accords […] Mais on n’a pas vu la couleur de l’argent encore », a dit Bruno Letendre, président des Producteurs de lait du Québec.

De son côté, l’Union des producteurs agricoles (UPA) juge les 3,9 milliards de dollars annoncés insuffisants pour couvrir les pertes encourues.


 source: RCI